"Cash Investigation". DSK, enquête sur un homme d’influence

Elise Lucet et son équipe ont enquêté sur un homme d’influence, en plongeant pendant des mois dans les "Pandora Papers", ces millions de documents confidentiels obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), qui a mis au jour des informations inédites sur DSK. Depuis qu’il a quitté la vie publique, après le scandale du Sofitel de New York, l’ancien président du FMI gagne le salaire d’un patron du CAC 40, tout en se jouant des frontières fiscales… "DSK, enquête sur un homme d’influence", un document signé Linda Bendali, est diffusé jeudi 7 octobre 2021 à 21 heures sur France 2.

Le magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati) fait sa rentrée. Pour ce numéro inédit, Elise Lucet et son équipe ont enquêté sur Dominique Strauss-Kahn. Pour raconter cet homme d’influence, Linda Bendali, journaliste à "Cash", s’est plongée pendant des mois dans les "Pandora Papers". Ce sont des millions de documents confidentiels obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Parmi ces documents, des informations jamais révélées sur Dominique Strauss-Kahn. Après le scandale du Sofitel de New York, on croyait DSK fini. Il n’en est rien. L’ancien directeur général du FMI (2007-2011) est devenu conférencier et consultant. Il facture ses conseils à des oligarques, des entreprises ou des chefs d’Etat pas toujours recommandables et se rémunère comme un patron du CAC 40, tout en se jouant des frontières fiscales. L’ex-ministre de l'Economie, des Finances et de l’Industrie (1997-1999) a implanté ses sociétés dans des endroits du monde où l’impôt sur les bénéfices est à zéro.

L’histoire commence en 2013, un an après l’affaire du Sofitel. Alors qu’il est résident français, Dominique Strauss-Kahn crée une société au Maroc, qu’il appelle Parnasse International. Il immatricule cette société dans une juridiction très attractive pour les entreprises étrangères : Casablanca Finance City. Une sorte d’oasis fiscale en plein cœur de la capitale économique. Les entreprises qui y sont enregistrées ne paient aucun impôt sur les bénéfices pendant cinq ans. "Cash Investigation" a demandé à Ano Kuhanathan, économiste spécialiste de la fiscalité, de calculer l’économie d’impôt réalisée par DSK en domiciliant son entreprise à la Casablanca Finance City : "Sur cinq années fiscales complètes, on arrive à environ 6 163 000 euros d'impôt sur les sociétés que son entreprise aurait dû payer si elle avait été domiciliée en France."

Le RAK, un émirat à la fiscalité opaque

Et ce n’est pas tout. Au bout des cinq années d'exonération fiscale marocaine, Dominique Strauss-Kahn a ouvert, dans la plus grande discrétion, une nouvelle société dans une juridiction encore plus opaque, les Emirats arabes unis. Cette information aurait dû rester secrète. Mais dans les "Pandora Papers" figurent des documents confidentiels sur la nouvelle société créée par DSK. En avril 2018, il ouvre Parnasse Global Limited. Pour cette création, l’ancien directeur général du FMI fait appel à SFM. SFM est l’un des leaders à Dubaï de la création d’entreprises offshore. Linda Bendali s’y est rendue, en se faisant passer pour une cheffe d’entreprise française qui souhaite échapper à l’impôt. Un employé de SFM lui propose, pour la modique somme de 2 000 euros par an, de faire toutes les démarches pour enregistrer son entreprise et ainsi bénéficier des 0% d’impôt sur les sociétés...

Pour profiter de cette non-taxation, SFM n’a pas immatriculé la société de Dominique Strauss-Kahn à Dubaï mais dans un autre émirat, le Ras Al Khaimah, le RAK. Ce petit émirat a sa propre législation et ne respecte pas les règles internationales de lutte contre la fraude. Le RAK serait l’un des paradis fiscaux les plus opaques au monde. Les entreprises qui y sont enregistrées n’ont pas à déposer de documents comptables et il n’existe pas de registre public des entreprises. Selon l’ONG Tax Justice Network, qui a réalisé le classement des principaux centres offshore du monde, les Emirats arabes unis sont en dixième position. Ils abriteraient des milliers d’exilés fiscaux du monde entier. 

"DSK, enquête sur un homme d’influence", une enquête de Linda Bendali diffusée jeudi 7 octobre 2021 à 21 heures sur France 2.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne