VIDEO. Quand de Gaulle et VGE traquaient les grosses fortunes françaises exilées fiscales dans la principauté de Monaco

La crise entre le Rocher et la France a éclaté en 1962. Il y avait alors 7 000 Français déclarés résidents à Monaco qui ne payaient pas d’impôts dans leur pays. Le général de Gaulle a voulu régler cette situation en faisant pression sur ce paradis fiscal… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 24 mai 2020.

Grace Kelly (1929-1982) et Rainier III de Monaco (1923-2005), qui vivent un conte de fées depuis leur mariage, en 1956, couvert par la presse mondiale et vu par trente millions de téléspectateurs à travers la planète. Ils vont être brutalement rappelés à la réalité en 1962, à cause d’une crise politique entre Charles de Gaulle et le futur "prince bâtisseur". Le Général est agacé car les grandes fortunes françaises quittent la France pour ce paradis fiscal où elles échappent à l'impôt.

Comme le Rocher dépend toujours de Paris, le président de la République française veut le mettre au pas. Valéry Giscard d’Estaing, son ministre des Finances et des Affaires économiques (1962-1966), est alors chargé de traquer ces exilés fiscaux tricolores. "Il y a désormais 7 000 citoyens français qui bénéficient du régime fiscal de Monaco", précise dans un entretien à la télévision celui qui succédera à l’Elysée (1974-1981) au président Georges Pompidou.

"Trois de ces quatre résidents monégasques étaient hier soir à Paris"

"Je me suis posé la question de savoir s’ils vivaient effectivement dans la principauté, précise VGE. J’ai pris les noms de quatre d’entre eux et j’ai profité de la soirée pour les appeler. J’ai constaté que trois de ces quatre résidents monégasques étaient hier soir à Paris, comme sans doute ils y sont assez fréquemment. Dans ces conditions, on peut vraiment se poser la question du fondement d’une exonération de cette nature." Pour impressionner Rainier, le chef de l’Etat français menace de couper l’eau et le gaz. Il envoie des gendarmes mobiles à la frontière monégasque.

"Dans cette crise, il est clair que la France a sorti d’énormes canons pour écraser un papillon", dit le journaliste et historien Jean des Cars au magazine "13h15 le dimanche" (replay). Le prince s'explique alors au cours d’une interview filmée : "Quand on est dans une mauvaise position et quand on a devant soi un partenaire qui marque sa mauvaise humeur, on pense aux solutions extrêmes. Je crois que la solution de l’indépendance n’est pas viable, à mon avis." Au bout du compte, personne ne perd la face : les Français installés à Monaco après 1962 paieront désormais des impôts à la France et la principauté demeure une exception fiscale. Fin de la crise.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne