VIDEO. "On pense que le travail est un trésor qui doit être accessible à tous" : le fondateur de la chaîne Café Joyeux

Le vaisseau amiral de la marque solidaire de coffee-shops a ouvert ses portes sur les Champs-Elysées… tout juste avant de devoir baisser son rideau pour cause de crise sanitaire. Les "équipiers Joyeux", en situation de handicap mental ou cognitif, ont accueilli ce jour-là le chef de l'Etat… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 30 mai 2020.

Le 9 mars 2020, à quelques jours du confinement décidé pour lutter contre la pandémie du coronavirus Covid-19, le président de la République Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, a inauguré le troisième Café Joyeux, implanté cette fois sur les Champs-Elysées. Cet événement intervient après l’ouverture d’un premier établissement en 2018 dans le quartier de l’Opéra (replay), à Paris, suivie d’un autre à Rennes, en Ille-et-Vilaine.

C’est donc au tour du vaisseau amiral de la "première famille de coffee-shops en France qui forme et emploie des personnes en situation de handicap mental ou cognitif" d’ouvrir sur la plus belle avenue du monde ! Yann Bucaille, un entrepreneur qui a fait fortune dans le domaine de l’énergie, est à l’origine de ce projet pas comme les autres qui entend "redonner confiance et dignité" en offrant à ces personnes "un travail en milieu ordinaire".

"La fragilité, c’est tout notre combat"

"Ce virus fait peut-être prendre conscience au monde de la fragilité de la nature humaine, dit le fondateur à ses hôtes, en pleine crise sanitaire. Et la fragilité, c’est tout notre combat. Notre mission, ici, c'est de permettre à des personnes avec un handicap mental de trouver un emploi. Pour montrer qu’elles sont capables et de contribuer à une entreprise ordinaire et de créer de la valeur comme dans toute entreprise. On pense que le travail est un trésor, que l’activité, c’est précieux. C’est un trésor qui doit être accessible à tous."

Emmanuel, l’un des "équipiers Joyeux" embauché dès 2018 dans le premier établissement parisien, ne semble pas plus impressionné que ça d’échanger avec le chef de l’Etat. Depuis, il a fait de considérables progrès et vient désormais tout seul au travail par le métro pour prendre son poste. La conversation se déroule sous l’œil épaté de sa maman. "Si on m’avait dit ça… C’était inimaginable pour moi de me dire, à sa naissance, qu’il atterrirait ici, avec un emploi au Café Joyeux, sur les Champs-Elysées. Donc, belle victoire !" dit-elle au magazine "13h15 le samedi" (replay). Quelque 90% des personnes souffrant de handicap mental ne trouvent pas aujourd’hui de travail.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne