VIDEO. La photo de l'enfant au vélo, dont le mystère a été levé, "referme d'une certaine manière la page de l'époque des mines"

Deux amis ont mobilisé en 2019 les réseaux sociaux pour tout savoir d’une photo mystérieuse qui les a touchés au cœur. Un cliché émouvant d'un enfant jouant dans la rue boueuse d'une cité minière du nord de la France… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 19 septembre 2020.

L'enfant aux cheveux roux est à cheval sur un vélo déglingué sans selle ni pédales au milieu d'une chaussée boueuse, noire comme de la suie. Une magnifique photo faite au milieu des années soixante par un jeune photographe anglais, John Bulmer, bientôt connu dans le monde entier, qui ne se souvient pas exactement de sa localisation. Deux amis, nés dans le Pas-de-Calais et émus par le cliché, décident alors de savoir où il a été pris et qui est le petit gamin. Ils lancent en 2019 une enquête virtuelle qui a tenu en haleine des milliers de personnes connectées sur les réseaux sociaux. 

Le mystère a pu enfin être levé : Jean-Michel Longeois, 60 ans aujourd’hui, jouait dans la rue de Fismes, à Courcelles-lès-Lens (Hauts-de-France), où il habitait avec sa famille. "Quand la photo paraît dans La Voix du Nord, on s’attache tout de suite à la  personne et on a presque envie de le prendre de ses bras. On retrouve, avec cinquante ans de plus, l’enfant attachant qu’on avait vu sur la photo d’origine", confie Pascal Demuynck au magazine "13h15 le samedi" (replay).

"Des dizaines de milliers d’emplois ont disparu du jour au lendemain"

"Pourquoi cette photo et pourquoi lui ? s’interroge de son côté Guillaume Lecointre, l’autre partie du binôme qui travaille dans le groupe du quotidien régional. Parce que, finalement, il y a partout des photos anciennes d’enfants… Pour moi, c’est une photo qui referme d’une certaine manière la page d’une époque… L’époque des mines qui se terminait. Des dizaines de milliers d’emplois ont disparu du jour au lendemain, avec toutes les conséquences que cela pouvait avoir pour les familles…"

"C’est effectivement une période très compliquée, et je pense que c’est aussi pour ça que les gens ne voulaient plus trop en parler, ou en parler avec une forme de ressentiment par rapport à l’Etat, aux anciennes Houillères, qui avaient subitement tout fermé et cassé le fil de la vie de tous ces gens, précise Guillaume Lecointre. Ce n’est qu’aujourd’hui que ça revient, refleurit de façon un peu plus positive en disant : 'Ça y est, on a tourné la page et on est fiers que nos parents, grands-parents, arrières-grands-parents aient vécu ça, et, d’une certaine manière, contribué à nous construire aujourd’hui, nous les gens qui vivons encore dans le bassin minier.'"

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne