VIDEO. "Il n'y a pas un seul copain" dans l'assiette végétarienne du moine bouddhiste français Matthieu Ricard

Le confinement mis en place pour lutter contre la pandémie du coronavirus Covid-19 est peut-être une opportunité à saisir pour modifier ses habitudes alimentaires. Pour sa part, Matthieu Ricard ne se nourrit plus depuis bien longtemps "de la souffrance ni de la mort d'autres êtres vivants"… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 11 avril 2020.

"Chou-fleur, quelques légumes, riz, lentilles pour les protéines... Tout ça fait un très bon mélange", affirme le moine bouddhiste français Matthieu Ricard en détaillant le contenu du plat qu'il se prépare à déguster, assis en tailleur, devant la caméra du magazine "13h15 le samedi" (replay). Et si les moines bouddhistes ont une alimentation végétarienne, ce n'est pas pour en tirer des bénéfices pour leur santé, mais bien pour une question de morale.

"Il n'y a pas un seul copain là-dedans, dit-il en riant. Je ne me nourris pas de la souffrance ni de la mort d'autres êtres vivants. Quand on demande aux gens s'ils sont en faveur de la morale, de la justice, de la bienveillance... ou s'ils sont bien d'accord qu'infliger à un être vivant des souffrances non nécessaires, ça ne va pas être moral, tout le monde est d'accord. Mais la compassion s'arrête au bord de l'assiette... C'est dommage !"

"Le jour de mon enterrement, tous les poulets, les porcs, les vaches me remercieront de ne pas les avoir mangés"

"C'est important de bien manger, mais n'est-ce pas plus important de ne pas infliger une mort inutile à des êtres sensibles ? insiste Matthieu Ricard, sans se départir d'une bonne humeur communicative. Mes papilles gustatives sont quand même moins importantes que la vie d'un être vivant, non ?" Montrant son assiette végétarienne, il précise avec un grand sourire : "C'est pour cela que mes copains sont tranquilles... Le jour de mon enterrement, il y aura une ligne de trois kilomètres de long avec tous les poulets, les porcs, les vaches qui me remercieront de ne pas les avoir mangés."

L'éthique seule peut ne pas suffire pour décider d'adopter une telle alimentation. Aussi est-il utile de savoir que des milliards d'animaux marins et terrestres sont tués chaque année pour leur chair, soit 150 millions par heure, que l'élevage industriel est la deuxième cause des gaz à effet de serre, l'une des plaies dont souffre la planète, ou que manger régulièrement de la viande augmente de 15% le risque de cancer.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne