VIDEO. Dans le centre de veille du ministère de l'Intérieur, le "cœur du cœur du suivi d'événement" opérationnel 24 h/24

Si le premier flic de France est un homme très bien informé, c’est notamment grâce au travail de veille en continu d’une cellule stratégique nichée place Beauvau…  Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 9 août 2020.

Dans l’aile Ouest du ministère de l’Intérieur, à quelques pas du bureau du ministre, Hervé Tourmente dirige une cellule stratégique qui surveille la France nuit et jour, le centre de veille qui sont les yeux et les oreilles du locataire de la place Beauvau. "Ici, vous êtes clairement au cœur du cœur du suivi d’événement. C’est un centre chaud", explique son directeur au magazine "13h15 le dimanche" (replay) à qui il a ouvert exceptionnellement les portes.

"On a du monde H-24 avec en permanence deux, voire trois personnes, en capacité de réceptionner toutes les alertes qui viendraient du territoire : préfets, pompiers, policiers, gendarmes… Surveiller également ce qui se dit dans les médias et les réseaux sociaux. On est capable d’alimenter nos autorités en flux tendu pour leur dire que nous avons une manifestation d’agriculteurs à tel endroit du territoire, une alerte de la Sécurité civile sur un événement météo très particulier… Nous en informons le ministre en temps réel", précise-t-il.

Un accès à tous les flux vidéo dans une salle de crise 

Le directeur du centre de veille de ce ministère régalien situé dans le VIIIe arrondissement de Paris, tout près du palais de l’Elysée, invite le magazine présenté par Laurent Delahousse, juste après le journal de 13 heures de France 2, a pénétré dans une autre pièce disposant d’un très grand écran sur l’un de ses murs : "Cette petite salle est une salle de gestion de crise du ministre. C’est sa salle de crise. Pour n’importe quel événement, le ministre peut dire : 'Je veux voir ce qui se passe, expliquez-moi, montrez-moi les images…'"

"Ici, on lui donne accès à tous les flux vidéo disponibles au ministère de l’Intérieur. Que ce soit les caméras des CRS, les réseaux de vidéoprotection des collectivités… Le contrat, c’est de lui faire le point de situation en moins d’une heure dès qu’un événement est déclenché. On doit lui décrire ce qui se passe,  quelles sont les mesures qui ont été prises, quelle est l’activité médiatique et des réseaux sociaux sur le sujet… de manière à  comprendre très vite quels sont les enjeux. Et notamment, pour un ministre, s’il doit se déplacer ou pas. Il est clair que le ministre de l’Intérieur est un homme bien informé parce que beaucoup de choses remontent", note Hervé Tourmente.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne