VIDEO. Coronavirus. "Je me sens nécessaire" ; "On est au service du public" : paroles de soignantes d'un hôpital vosgien

Les personnels soignants en charge dans les hôpitaux de la prise en charge des patients touchés par le coronavirus ne comptent pas leurs heures "malgré la fatigue" et parce que "c’est notre métier"… Extrait du magazine "13h15 le dimanche" du 5 avril 2020.

La pandémie du coronavirus Covid-19 frappe sans distinction… y compris le personnel soignant qui prend toutes les précautions pour s’en protéger. Comme Maud, médecin aux urgences de Saint-Dié-des-Vosges, dans le département des Vosges, qui a été testée positive : "Je présentais une toux qui évoluait depuis quelques jours. Dans le contexte actuel, on a un petit peu peur, donc j’ai préféré me faire tester. On m’a annoncé hier soir que j’étais positive", dit-elle au magazine "13h15 le dimanche" (replay) tout en assurant son poste de travail.

"On se rend compte que l’on fait un métier à risque, que ça n’arrive pas qu’aux autres et que cela peut nous atteindre", précise-t-elle avant d’aller ausculter une patiente avec son stéthoscope : "Je me sens nécessaire et on est obligé d’être là. C’est un devoir pour moi de continuer à travailler, malgré la fatigue. Il faut l’avouer, je suis quand même fatiguée. On enchaîne les heures. Mais, comme partout, il y a un manque de personnel, on est obligé de travailler plus…"

"On n’est pas des héros, moi, je ne suis pas d’accord"

Et quand les gens applaudissent tous les soirs à 20 heures et qu’ils disent que les personnels soignants sont des héros, qu’est-ce que cela lui fait ? "Cela fait chaud au cœur et, effectivement, on est là tous les jours, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pour les gens, malgré le fait qu’on puisse avoir nos problèmes personnels. On est là et on revient…" répond Maud qui ne laisse rien transparaître de sa fatigue.

Dans la même pièce, une autre soignante également masquée approuve : "On revient… On ne compte pas nos heures et s’il faut rester, on reste. On n’est pas des héros, moi, je ne suis pas d’accord. Tout le personnel de l’hôpital se mobilise. On le voit tous les jours quand on nous modifie nos plannings d’heure en heure en nous disant qu’il faut qu’on revienne, qu’on ne peut pas nous donner nos vacances. Je ne sais pas comment cela se passe dans le privé, car je n’y ai jamais travaillé, mais on est au service du public, c’est notre métier."

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne