13h15 le samedi : "Les enfants perdus"

Enfants placés dans des familles d'accueil ou en foyer, ils sont 200 000 à ne pas être élevés chez leurs parents. Ils grandissent souvent avec un grand sentiment de solitude, quand ils ne sont pas victimes des ratés de l'Aide sociale à l'enfance.

Quand des enfants placés dans des familles d’accueil ou des foyers se retrouvent à la une de l'actualité, c'est rarement pour évoquer des événements heureux. Petits ou déjà ados, ils doivent de nouveau affronter des bouleversements affectifs dont ils ne sont en général pas responsables.

Trimballés de familles en foyers, ces enfants souffrent trop souvent de séparations arbitraires, de l'éclatement de leur fratrie ou de placements pas toujours justifiés. Ces mineur-e-s se retrouvent alors en situation de petites victimes collatérales de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), pourtant censée les préserver de nouveaux chocs émotionnels.

Répondre aux besoins des enfants placés

L'ASE dispose d'un budget de 8 milliards d’euros par an, géré par les départements. Elle peine cependant à entourer ces enfants, près de 200 000 au total, et à répondre à l'ensemble de leurs besoins.

Le magazine 13h15 le samedi donne la parole à Chantal et Joël, des parents d'accueil, et à Lyes, un ancien enfant placé. Ces deux histoires mettent notamment en lumière un certain nombre de ratés dus aux institutions.

Un document signé Morgane du Liège, Benjamine Jeunehomme et Claire Aubinais.

 

Lyes Louffok est l'auteur d'un témoignage, Dans l'enfer des foyers, publié chez Flammarion.

 

Vous êtes à nouveau en ligne