13h15 le samedi : "Dans la gueule du loup"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Un regard original sur l'actualité, l'air du temps et la politique.

Traqués, abattus, empoisonnés … les loups en France avaient totalement disparu au début du siècle dernier. Et puis, il y a une vingtaine d’années, ils sont revenus. Quelques meutes venues d’Italie ont franchi la frontière et se sont installées dans le sud des Alpes, dans le Parc national du Mercantour. Elles ne se sont pas arrêtées là. Elles se sont multipliées et ont vite élargi leur territoire. On en trouve aujourd’hui jusque dans les Vosges, en Lozère, dans les Pyrénées. Mais c’est dans les Alpes Maritimes qu’ils sont les plus nombreux. Un département qui compte aussi de très nombreux troupeaux de moutons. Et, bien entendu, si les loups se nourrissent depuis toujours de gibier sauvage, de chevreuils, de chamois, de lapins, de perdrix, ils ont vite pris goût aux brebis et aux agneaux. Bien plus faciles à attraper. Plus de 5800 moutons auraient été égorgés l’an dernier par des loups ! Les éleveurs, bien sûr, sont indemnisés mais ils sont désemparés, exaspérés. Face à leur colère les pouvoirs publics ont réagi. Ils ont autorisé la mise à mort de 24 loups cette année. Ce sont les fonctionnaires de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage qui sont chargés de la besogne.


Dominique Derda et Patrice Brugère les ont suivis dans leur travail quotidien et sont allés à la rencontre de ces bergers qui aujourd’hui réclament qu’on abatte ceux qui attaquent leurs troupeaux.

Vous êtes à nouveau en ligne