13h15 le samedi : "L'homme qui parle avec les pierres"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Premier homme au monde à avoir atteint le pôle géomagnétique Nord au Groenland en 1951, le géographe-physicien et ethno-historien Jean Malaurie, 92 ans, a toute sa vie défendu le peuple inuit. Aujourd'hui, son mode de vie traditionnel est de plus en plus menacé par l'appétit des compagnies minières et le réchauffement climatique qui fait fondre la calotte glaciaire.

Le géographe-physicien Jean Malaurie est le premier homme au monde à avoir atteint le pôle géomagnétique Nord avec deux traîneaux à chiens le 29 mai 1951. Au cours de cette aventure, il découvre à Thulé une base militaire américaine pour bombardiers nucléaires ! Celui qui est devenu un ethno-historien mondialement connu s'élèvera contre cette implantation, réalisée sans avoir consulté la population locale.

Son livre Les Derniers Rois de Thulé, avec les Esquimaux polaires, face à leur destin (Plon) est paru en 1955. La cinquième édition publiée en 1989, comptant le double de pages de la première, est jugée comme définitive. Cet ouvrage vendu à un million d’exemplaire reste le plus diffusé au monde sur le peuple inuit. Jean Malaurie, parti un jour étudier les pierres tout au nord du monde, a rencontré des hommes menacés. Ce savant de 92 ans, fil rouge de ce document, leur est toujours resté fidèle.

La ruée vers le Grand Nord

Les glaces encore inexploitées du Groenland suscitent la convoitise des grandes puissances sans cesse à la recherche de ressources naturelles : hydrocarbures, terres rares, or, uranium... Et le réchauffement climatique qui fait fondre la calotte glaciaire commence à faciliter l'accès à ses richesses. Les compagnies multinationales s'y précipitent, souvent au détriment des modes de vie traditionnels.

Le magazine 13h15 le dimanche a partagé pendant un mois la vie des derniers Esquimaux polaires. Son équipe a accompagné deux chasseurs de la minorité inughuit dans un voyage vers le nord. Elle a découvert une mine de rubis et de saphirs roses qui symbolise le nouveau visage d’un Groenland minier, avant de passer par la capitale, Nuuk, où se joue une importante partie de l’avenir de l’Arctique et de la planète.

Un document de Florent Muller, Romain Potocki et Matthieu Parmentier.

> Vos commentaires sur Facebook et/ou Twitter avec le mot-dièse #13h15.

Vous êtes à nouveau en ligne