"13h15 le dimanche". Les secrets sous le plancher

Qui se souviendra de nous cent ans après notre mort, une fois nos enfants et petits-enfants à leur tour disparus ? N’avons-nous pas tous l’espoir de laisser une trace au-delà de nos existences ? Que laissons-nous à la postérité ? A la fin du XIXe siècle, un menuisier des Hautes-Alpes a dû se poser ces questions. Il y a répondu d'une façon inattendue, unique, extraordinaire...

Qui se souviendra de nous cent ans après notre mort, une fois nos enfants et petits-enfants à leur tour disparus ? N’avons-nous pas tous l’espoir de laisser une trace au-delà de nos existences ? Que laissons-nous à la postérité ? A la fin du XIXe siècle, un menuisier des Hautes-Alpes a dû se poser ces questions. Il y a répondu d'une façon inattendue, unique, extraordinaire...

A l'ère de la dématérialisation dans laquelle beaucoup d'écrits sont expédiés dans le "cloud", ce nuage numérique qui flotte quelque part, des traces bien concrètes ressurgissent parfois du passé. Joachim Martin est réapparu bien longtemps après sa mort à travers un journal intime écrit sur des planchettes de bois volontairement dissimulées par lui sous le parquet qu'il posait dans le château de Picomtal, au cœur des Hautes-Alpes.

Quels secrets sont écrits sur ces chutes de bois ?

Le magazine "13h15 le dimanche" (Facebook, Twitter, #13h15) donne à voir des récits écrits sur des morceaux de bois par cet homme qui conte son histoire, celle de son village et de ses habitants, sans aucun tabou. Une chronique des temps anciens tenu par un homme du peuple à une époque où peu d’entre eux savaient écrire.

Dans ce document signé Meriem Lay, Henri Desaunay, Simon Fichet, Maxime Souville et Oktay Sengul, ces "mémoires d’outre-planche", soit 4 000 mots consignés sur 72 chutes de bois authentifiées et analysées par l’historien Jacques-Olivier Boudon, professeur à la Sorbonne et auteur du Plancher de Joachim, l'histoire retrouvée d'un village français (éd. Belin). Que racontent les planchettes ? Quels secrets sont éventés ? La quête de nouveaux écrits sera-t-elle fructueuse ?

Vous êtes à nouveau en ligne