13h15 le dimanche. Moines de Tibhirine : sept morts sur ordonnance

Sept moines français ont été enlevés en 1996 dans leur monastère de Tibhirine, en Algérie. Le Groupe islamique armé (GIA) revendique leur assassinat et les têtes des trappistes sont retrouvées deux mois plus tard. De nombreux témoignages remettent en cause la thèse officielle... Alors, qui a tué les moines et pour quelles raisons ?

Qui a tué au printemps 1996 les sept moines français enlevés dans leur monastère de Tibhirine en Algérie ? Une énigme de vingt ans dont les familles et la France attendent la résolution. Samedi 16 avril, vingt ans après leur disparition, un hommage officiel leur est rendu pour la première fois. Leurs proches, des représentants de la communauté chrétienne d’Alger, quelques dignitaires musulmans et des habitants de Tibhirine qui côtoyaient les moines seront présents.

La thèse officielle d'un assassinat collectif revendiqué par le Groupe islamique armé (GIA), très actif au moment des faits, est remise en cause par de nombreux témoignages. L'année dernière, dix-neuf ans après les faits, le juge antiterroriste Marc Trévidic avait relancé l'enquête en se déplaçant en Algérie pour pratiquer des autopsies et réaliser des expertises scientifiques.

Des hommes de paix décapités

Le magazine "13h15 le dimanche" (Facebook, Twitter, #13h15) diffusé sur France 2 a rencontré le juge Trévidic, enquêté et interrogé des hommes de l'ombre, espions et responsables de services secrets.

Dans ce document de Lionel Feuerstein, Matthieu Rénier et Anthony Santoro, la parole est également donnée à ceux qui ont connu ces hommes de paix décapités ! Ils se battent pour faire éclater la vérité... vingt ans plus tard.

Vous êtes à nouveau en ligne