Préjudice d'anxiété : les anciens mineurs de Forbach réclament justice

Depuis des années, 755 mineurs de charbon à Forbach (Moselle) essayent d'obtenir réparation pour avoir été exposés aux dangers de l'amiante sans en avoir été informés.

Leur ancien lieu de travail est devenu un musée à ciel ouvert. Ces mineurs retraités sont ici pour se souvenir. Comme 751 autres collègues, ils poursuivent en justice leur ancien employeur "Charbonnages de France". Ils lui reprochent de ne pas les avoir suffisamment protégés des risques encourus pour leur santé.

"Comme on n'avait pas de masque, on enlevait la chemise, on enlevait le maillot de corps, on le mettait autour du nez. (...) On avalait cette poussière de pierre, de charbon, de silice", raconte Marcel Amps, ancien mineur.

Des symptômes inquiétants

Ils ont travaillé des dizaines d'années, le nez dans le charbon. Les anciens mineurs plaident aujourd'hui un préjudice d'anxiété, la crainte de tomber malade du jour au lendemain. Tous disent déjà ressentir des symptômes inquiétants liés à des maladies professionnelles. La plupart ne sont pas reconnues par l'employeur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne