Allocations familiales : faut-il privilégier les familles les plus modestes ?

Le gouvernement souhaite réaliser près de 10 milliards d'euros d'économies pour la sécurité sociale. A elle seule, la branche famille va subir une cure d'austérité de 700 millions d'euros.

Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales, a présenté le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, mercredi 8 octobre, en conseil des ministres. Au menu : près de 10 milliards d'euros d'économies.

Un budget qui fait grincer des dents chez certains députés PS, qui entendent déposer des amendements pour le modifier car certaines mesures drastiques touchent la branche famille. Ils souhaitent notamment conditionner le versement des allocations familiales aux revenus plutôt que réduire le congé parental

Invitée à réagir à cette initiative mercredi matin, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a expliqué que ce n'était pas une proposition du gouvernement mais qu'elle était prête à discuter avec les députés.

Car aujourd'hui, tous les socialistes ne sont pas sur la même longueur d'onde. Si le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis juge "normal" une telle modulation des allocations, le président de l'Assemblée national Claude Bartolone estime, de son côté, qu'il ne faut pas "qu'on prenne des décisions sans savoir exactement quel est l'effort réclamé aux uns et aux autres". Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, pense, lui, qu'un débat va s'engager, rappelant que cette question avait déjà été posée lorsque Lionel Jospin était Premier ministre.

Actuellement, les allocations familiales sont versées dès la naissance d'un deuxième enfant, sans conditions d'activité ou de ressources. Une famille avec deux enfants reçoit ainsi 129,35 euros par mois d'allocation de base.

Il s'agirait donc de trouver un équilibre entre l'universalité des allocations, une des forces du système français, et l'idée qu'il faut essayer de moduler les versements en fonction des revenus.

Votez, réagissez, commentez sur le site.

 

Allocations familiales : faut-il privilégier les familles les plus modestes ?

Voir les résultats
Partagez ce sondage
Vous êtes à nouveau en ligne