VIDEO. Mort de Margerie : le conducteur de la déneigeuse était-il ivre ?

France 3

Le conducteur de la déneigeuse qui est entrée en collision avec l'avion privé du patron de Total a été interrogé par la première chaîne russe.

Vladimir Martynenko l'assure : il n'était pas en état d'ébriété au moment des faits. "J'ai perdu mes repères et je ne me suis pas rendu compte que j'étais sur la piste de décollage, l'avion était en train de décoller, je ne l'ai pratiquement pas vu, ni entendu, car ma machine faisait du bruit et il n'y avait pas de lumière" , affirme celui qui conduisait la déneigeuse percutée par le Falcon-50 du PDG de Total.

Le conducteur ne boit jamais d'alcool

D'après les enquêteurs, Vladimir Martynenko était ivre le soir de l'accident. Pourtant, son avocat apporte l'argument contraire. Selon ce dernier, "il a pu prendre des médicaments contenant de l'alcool, ce qui pourrait expliquer l'odeur d'alcool décelée dans sa bouche". L'homme ne boirait jamais d'alcool en raison d'insuffisance cardiaque. Sa responsabilité n'est pas la seule engagée dans l'affaire : les enquêteurs mettent en doute la responsabilité du contrôle aérien.

Le contrôle aérien pointé du doigt

Andreï Litvinov, expert aéronautique russe : "Un véhicule ne peut pénétrer sur la piste qu'avec l'accord du contrôle aérien et un avion ne peut décoller qu'avec l'autorisation des contrôleurs. Toutes les autorisations pour accéder à la piste proviennent du contrôle aérien".

De ce fait, le contrôle aérien semble avoir sa part de responsabilité dans le drame causant la mort de Christophe de Margerie.

Les enquêteurs français sont arrivés à Moscou mardi 21 octobre pour collaborer avec les enquêteurs russes. Très rapidement, le décryptage des boîtes noires qui a commencé, ce mercredi 22 octobre, devrait éclaircir l'affaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne