VIDEO. Mort de Christophe de Margerie : trois enquêteurs du BEA à Moscou.

France 3

Le bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) a dépêché trois enquêteurs à Moscou. Ils travailleront sur place avec leurs homologues russes pour éclaircir les conditions du décès de Christophe de Margerie.

 

La justice française a ouvert une information judiciaire pour homicide involontaire et des enquêteurs du BEA doivent arriver dans la soirée du mardi 21 octobre pour comprendre les conditions de la mort de Christophe de Margerie, le patron de Total.

Selon Elena Volochine, correspondante de France 2 à Moscou, "les Russes attendraient leurs homologues français du BEA" pour analyser les boîtes noires, ces boîtes qui enregistrent les conversations en cabine et les données techniques de l’avion.

"Des têtes vont tomber"


A Moscou, la question qui obsède les autorités est : que faisait le véhicule de déneigement sur la piste de décollage où le jet privé de Christophe de Margerie prenait son élan ? Le conducteur ivre ? Les aiguilleurs du ciel ?  Pour le comité d’enquête russe, les responsabilités sont partagées. Ils parlent d’une " négligence criminelle " et d’un " manque de coordination du personnel technique. "

La justice promet que " des têtes vont tomber ". Comme souvent en Russie, il faut désigner rapidement un coupable, d’autant plus que la victime est une personnalité en France mais aussi en Russie.

 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne