VIDEO. Intempéries : alertes orange, rouges...comment ça marche ?

France 3

Vigilance rouge, orange... Quand le ciel fait des siennes, comme ce week-end dans le sud de la France, Météo France en voit de toutes les couleurs.

Ce sont les prévisionnistes, à Toulouse, qui estiment en amont s'il doit y avoir alerte ou non, et, surtout, qui déterminent la couleur qui lui est attribuée. De vert pour "pas de vigilance particulière" à rouge, qui signifie "vigilance absolue".

Une alerte par semaine en moyenne

Ce système d'échelle d'alertes a été mis en place en 2001, à la suite de la violente tempête de 1999. Le but : prévenir les pouvoirs publics, qui peuvent réagir en conséquence, et la population.

Parfois, les phénomènes sont surévalués. Et les vigilances rétrogradées. Comme pour le Gard, par exemple, qui a vu son alerte passer de rouge à orange dimanche soir. "On peut se poser la question, après coup, de la démesure de cette vigilance, reconnaît Jean Nicoleau, responsable du service prévision général de Météo France. Mais (cela) permet d'éviter d'avoir des victimes." On compte plus de cinquante alertes par année, soit, en moyenne, une par semaine.

Vous êtes à nouveau en ligne