RSI : la fin d'un dispositif rejeté et dénoncé

Voir la vidéo
France 3

Il était contesté depuis des années. Le RSI, trop lourd, va être supprimé. Comment réagissent les principaux intéressés ?

Coiffeurs, boulangers, plombiers, restaurateurs, professions libérales ou autoentrepreneurS, avec leur famille et les retraités ils sont 6,5 millions à être rattachés au RSI, le Régime Social des Indépendants. Pour beaucoup de commerçants ou d'indépendants, le RSI est la bête noire, combattu depuis plus de dix ans, depuis sa création en 2006. "Payer des charges je suis d'accord, par contre, payer des surcharges ce n’est pas possible", dit l'un deux.

De nombreuses manifestations

Des dizaines de manifestations ont dénoncé le RSI et surtout ses dérives. Qualifié de "catastrophe industrielle" par la Cour des comptes, il a multiplié les bugs informatiques. Des dysfonctionnements qui ont cimenté un rejet général. À Bréteuil (Oise), la majorité des commerçants est descendue dans la rue. "On paye beaucoup trop, sur 80 000 euros de bénéfices il vous en embarque la moitié", explique un artisan peintre. Rejeté et honni, le RSI disparaît au 1er janvier. C'était un engagement de campagne d'Emmanuel Macron. Les indépendants seront désormais rattachés au régime général de la Sécurité sociale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne