Cartes grises, passeports : menaces sur le stock de papier

FRANCE 3

Les salariés d'Arjowiggins en Seine-et-Marne menacent de brûler les stocks du papier sécurisé qu'ils produisent, qui sert pour les cartes grises, les passeports ou les chèques.

Ils sont prêts à tout pour sauver leur usine. Devant l'usine d'Arjowiggins en Seine-et-Marne, des stocks de papier que les employés menacent de brûler entièrement. "Comme on n’a rien, on doit employer la manière forte", assume un employé. Arjowiggins est une entreprise stratégique pour l’État : elle fabrique le papier pour les billets de banque, les passeports, les visas, et les cartes grises. Depuis l'annonce de la liquidation judiciaire le 16 janvier, l'usine est à l'arrêt. "L'État va être en pénurie. Ils n'ont plus que deux mois de stock pour la carte grise. Après il n'y en aura plus", assure un employé.

Les syndicats mitigés après un tour de table

Il y a un an, l'entreprise était rachetée par un fonds de pension suisse. L'État a même mis la main à la poche pour éponger les dettes. Mais aucun investissement n'est fait et 200 salariés pourraient perdre leur emploi. Les salariés attendent un plan de sauvegarde de l'emploi et des indemnités plus importantes. Un tour de table a été organisé lundi 28 janvier avec la préfète et les élus. Les syndicats étaient mitigés à la sortie. Une nouvelle réunion doit avoir lieu entre les syndicats et un responsable du ministère du Travail.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne