14-18 : graffitis et bas-reliefs, témoignages uniques des poilus

Un siècle après l'armistice des graffitis, des bas-reliefs réalisés par des combattants constituent des témoignages uniques de cette guerre. Dans la cité souterraine de Naours dans la Somme, près de 4 000 signatures ont été révélées, la majorité apposée par des soldats australiens. 

Un nom, une date, un lieu pour marquer leur passage. Il y a cent ans, des combattants à l'avenir incertain ont inscrit quelques mots. D'autres ont taillé dans la pierre les pensées présentes. Ces témoignages parsèment la ligne de front. Comme sur les murs de la cité souterraine de Naours (Somme). Une ancienne carrière de craie devenue site touristique. Entre deux assauts, des milliers de soldats comme ces Australiens venus du bout du monde profitaient des heures de repos pour visiter les curiosités locales et y déposer une signature. Sans doute la dernière distraction pour certains. 

Naours, un lieu de recueillement

Naours est devenu un lieu de recueillement pour des centaines de familles australiennes dont les ancêtres ont passé ici quelque temps. Perdue dans une forêt, cette carrière à l'abandon est interdite au public, trop dangereuse. Pendant la guerre, située à 250 mètres des premières lignes, elle permettait aux troupes de se reposer quelques jours ou quelques semaines. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne