VIDEO. Au Nigéria, les lycéennes détenues par Boko Haram n’ont toujours pas été libérées

Malgré l’annonce par le gouvernement d’un accord avec les terroristes de Boko Haram, la secte islamique n’a toujours pas relâché les 200 lycéennes enlevées en avril dernier.

A la télévision nigériane, l’information a tourné en boucle jeudi 17 octobre : les 200 lycéennes chrétiennes détenues par Boko Haram devraient être libérées après que le gouvernement a conclu un accord avec la secte islamique. Les jeunes filles ont été capturées le 14 avril 2014 dans leur lycée de Chibok, dans le nord-est du pays.

Confusion dans le pays

"Les terroristes ont accepté le cessez-le-feu et exposé leur désir de paix", a annoncé Mike Omeri, porte-parole du gouvernement nigérian. Mais le chef de Boko Haram, Aboubakar Shekau, n’a pas confirmé ces propos, ce qui laisse planer le doute sur la libération effective des jeunes femmes, d'autant que d’autres négociations ont déjà échoué ces derniers mois.

Dans de précédentes vidéos, les terroristes de Boko Haram avaient menacé de les marier de force et de les vendre comme esclaves. Malgré une forte mobilisation des femmes nigérianes et un élan mondial de solidarité, le sort des lycéennes reste toujours aussi incertain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne