Dans la ville de Poil, les vols de panneaux se multiplient

France 3

La commune voit constamment ses panneaux indicateurs subtilisés. Des plaisanteries qui peuvent valoir cher à la ville... mais aussi à leurs auteurs.

Poil : petit village tranquille, sauf pour ses panneaux. Ici, les signalisations d'entrée de ville sont régulièrement la cible de petits plaisantins de passage. Deux se sont encore volatilisés. "Les gens viennent se faire photographier très souvent, parfois un petit peu à poil", s'amuse une habitante. "Moi, les photos, je suis tout à fait pour. Mais alors que vous embarquiez les panneaux, là, ça ne marche pas." "Je ne sais pas ce qu'ils en font", s'interroge un autre habitant du village.

Le coût de l'humour

Ces blagues potaches, qui peuvent paraître bon enfant, sont parfois plus proches de véritables dégradations comme l'explique Max Légaré, adjoint au maire : "Dans les vols, bien souvent c'est uniquement le panneau, et puis d'autres fois les gens poussent un peu plus loin : ils prennent le panneau, le pied et la masse qui le tient au sol." Remplacer un panneau est à la charge d'un département ou de la commune selon la route sur laquelle il est placé. Le montant peut s'élever à plusieurs centaines d'euros. La dégradation d'un bien public peut valoir à son auteur jusqu'à 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne