Sommet du G20 : "Hambourg est une ville en état de siège"

Avant l'arrivée des chefs d'Etat, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre. Amaury Guibert fait le point sur la situation.

Hier soir, jeudi 6 juillet, en marge du sommet du G20, des affrontements ont opposé manifestants et forces de l'ordre. 75 policiers ont été blessés. Ce vendredi matin, la situation est-elle toujours aussi tendue ?

"Elle est tendue, elle le restera durant deux jours et la soirée d'hier a donné le ton avec des incidents assez violents entre force de l'ordre et manifestants anti-G20. Usage de canons à eau, de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants les plus violents qui prenaient part à ce défilé intitulé par les organisateurs 'Bienvenue en Enfert'", explique Amaury Guibert, envoyé spécial à Hambourg.

20 000 policiers déployés

"Hambourg est une ville en état de siège. 20 000 policiers ont été déployés dans la ville ainsi qu'une trentaine d'hélicoptères pour sécuriser le centre des Congrès où se tient le sommet du G20 qui ressemble à un camp retranché", poursuit le journaliste de France 2.

La police craint beaucoup l'action des "Black blocs". Il y aurait 8 000 individus considérés comme violents par les forces de l'ordre, prêt à en découdre, à harceler les policiers, et à perturber les défilés officiels.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne