Les weekends prolongés favorisent les embouteillages et la pollution

Les weekends prolongés sont souvent synonymes d'embouteillages. 100 kilomètres de bouchon, cela représente plus de 20 000 véhicules bloqués sur les routes.

Bouchon, surconsommation, pollution. Trois termes associés que l'on voit réapparaître chaque année dès le mois de mai. 100 km de bouchons, ce sont plus de 20 000 véhicules immobilisés sur les routes. Des véhicules dont la consommation double dans ces conditions, passant en moyenne à 16 litres au cent. Un bouchon sur une autoroute, c'est aussi 16 fois plus d'émission de gaz à effet de serre que lors d'un trafic normal.

Combattre une idée reçue

Si on ne peut pas toujours se soustraire aux embouteillages, on peut par exemple adopter une conduite plus souple pour réduire sa consommation. Sachez aussi que des pneus sous-gonflés, c'est 10% de consommation en plus, 30% si la climatisation fonctionne. Enfin, une idée reçue qu'il faut combattre : laisser tourner le moteur, cela consommerait moins que de redémarrer sa voiture. Faux, au-delà de 20 secondes d'arrêt mieux vaut couper le contact.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne