Assurance chômage : les partenaires sociaux rouvrent la négociation

Les contrats courts sont au coeur des discussions ce matin, mercredi 15 février, entre le patronat et les syndicats. Leur différend porte sur une taxation de ces contrats.

Taxer les contrats d'un mois, de 15 jours ou même de quelques jours, c'est ce que proposent les syndicats pour résorber le déficit de l'assurance chômage. "Nous voulons rompre avec cette mauvaise habitude qu'on prise les entreprises. L'idée c'est que la cotisation soit élevée pour des contrats très courts, mais que cette cotisation elle diminue au fur et à mesure de l'allongement de la durée des contrats", explique Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe de la CFDT.

Des contrats multipliés par deux en 15 ans

6,6 millions en 2000, les contrats à durée déterminée de moins d'un mois sont passés à 15,7 millions en 2014. Pour le patron du Medef, cette augmentation répond à un besoin des entreprises, il n'est donc pas question de les taxer. "Si on commence à taxer le coût du travail, nous savons que nous allons dans le mur et que ça crée du chômage", a déclaré Pierre Gattaz. Huit mois après le premier échec, ces nouvelles négociations de l'assurance chômage, ce mercredi 15 février, s'annoncent compliquées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne