VIDEO. Terrorisme : peut-on repérer les loups solitaires ?

FRANCE 2

La législation française permet d’anticiper des cas comme le tireur au Canada, estime un ancien responsable de la lutte antiterroriste invité au 20 heures de France 2.

Le tireur d’Ottawa mercredi 22 octobre, et le conducteur qui a délibérément renversé un soldat près de Montréal lundi 20 octobre, rentrent dans le profil du "loup solitaire", mais avec des nuances, estime Louis Caprioli, un ancien responsable de la lutte antiterroriste en France.

Evoquant les cas des frères Tsarnaeff, qui ont posé une bombe lors du marathon de Boston en 2013, ou de Mehdi Nemmouche, le tireur du musée juif de Bruxelles, il rappelle que ces hommes étaient en lien avec une organisation terroriste, même s’ils ont commis leur acte seul.

Le Canada mal armé face aux candidats au jihad

Les deux Canadiens qui ont mené des actions cette semaine, au contraire, n’étaient pas sortis de leur pays. Ils en avaient cependant l’intention.

"Ce qui est inquiétant, c’est que le Canada n’est pas armé sur le plan législatif pour lutter contre ce type d’infraction", relève Louis Caprioli, contrairement à la France où les individus soupçonnés de vouloir participer au jihad peuvent être interpellés et placés en garde à vue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne