VIDEO. Pourquoi taxer les sociétés d'autoroutes n'est pas si simple

France 2

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a lancé la semaine dernière l'idée de ponctionner les sociétés d'autouroutes pour compenser la suppression de l'écotaxe. Une idée difficile à appliquer.

Piocher dans la poche des sociétés autoroutières pour compenser la suppression de l'écotaxe. C'est ce que souhaite la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, qui a lancé cette idée la semaine dernière. Pas si simple répond son homologue des Finances, Michel Sapin, qui évoque des "contrats extrêmement avantageux" signés en 2006 entre l'Etat et ces entreprises privées, comme Eiffage, Vinci ou l'Espagnol Abertis.

Augmentation du prix des péages possible

En fait, l'article 32 de ces contrats risque de poser problème à Ségolène Royal car il protège les intérêts des entreprises privées. Si l'Etat leur impose une modification des taxes, des compensations sont prévues. Les sociétés peuvent ainsi exploiter plus longtemps les autoroutes, voire augmenter carrément le prix des péages autoroutiers. Au final, ce sont bel et bien les usagers qui risquent de payer l’abandon de l’écotaxe.

Vous êtes à nouveau en ligne