VIDEO. Portrait de Michael Zehaf-Bibeau, le tueur jihadiste d’Ottawa

France 2

Les témoins de son ancien foyer décrivent un homme instable, accro au crack et fanatique.

En octobre 2014, Michael Zehaf-Bibeau séjournait dans un foyer pour sans-abris. « Il ne m’a jamais montré un signe quelconque d’agressivité, le seul truc qui le mettait en colère c’est lorsqu’on parlait politique », se souvient son ami Darrell. "Il disait que les soldats américains et canadiens allaient tuer et violer en Libye, le pays d’origine de son père". "Je lui parlais tous les jours, au moins une heure. Il était musulman mais n’était pas un terroriste", ajoute Darell, qui a du mal à comprendre le pourquoi de cette folie.

Les ordinateurs du foyer ont été examinés par les enquêteurs. Ceux-ci ont trouvé une trace d’un courrier électronique envoyé à un canadien suspecté de terrorisme. L’auteur de la fusillade n’avait pas l’autorisation de voyager à l’étranger, il était venu à Ottawa dans l’espoir de pouvoir partir.

Rupture avec sa famille

Selon un autre des membres du foyer, il a pu être inspiré par un film sur Ben Laden et le 11 septembre diffusé la veille à la télévision : "Il le regardait très attentivement, il donnait le sentiment d’être excité par le film". "Un jour il nous a dit : vous devriez tous prier, cinq fois par jour, car la fin du monde est proche", se rappelle un témoin. Consommateur de crack, Michael Zehaf-Bibeau était en rupture avec sa famille depuis cinq ans.  

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne