VIDEO. Climat: le mauvais bilan carbone de grandes entreprises françaises

Lors de la COP 21, en 2015, plusieurs grandes entreprises françaises avait pris des engagements pour moins d’émissions de co2. Quatre ans plus tard, l’oeil du 20h fait le bilan et il n’est pas bon pour tout le monde.

En 2015, vingt entreprises du CAC 40 ont signé un document, intitulé "Les entreprises françaises s’engagent pour le climat". Elles écrivent soutenir l’accord de Paris, avec pour objectif : "(...) nous placer sur une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre". Ces vingt grands groupes ont-ils tenu parole ?

Pour le savoir, il faut s’en remettre aux déclarations des entreprises elles-mêmes, qui publient chaque année le détail de leurs émissions directes de CO2 dans leurs documents de référence (à retrouver ici), mais aussi celles de leurs fournisseurs et de leurs sous-traitants. Pour certaines, les données sont imprécises, nous n'avons pas pu faire de bilan global. Pour huit d’entre elles, entre 2016 et 2018, le bilan carbone est en baisse. Pour les autres, la moitié, les émissions de CO2 ont augmenté. 

Nous les avons toutes contactées. Une explication est avancée par la plupart d’entre elles: ces entreprises se sont agrandies, elles en ont racheté d’autres, comme l’explique Véolia : “Ces dernières années nous avons intégré un certain nombre d’activités, comme un spécialiste des déchets toxiques en Colombie, un centre de stockage en Australie... Ce sont ces changements dans le périmètre de calcul qui ont entraîné mécaniquement une dégradation des émissions globales pour Veolia”, nous explique l'entreprise par mail.

Les émissions indirectes en cause

Une autre explication est avancée, entre autres, par le géant des cosmétiques L’Oréal: ce sont les émissions des fournisseurs et même des clients qui font exploser son bilan carbone. “Vous avez différents pays qui essaient de sortir du nucléaire et font plus appel malheureusement à des énergies comme le charbon. Donc ça, ça augmente les émissions liées à la consommation énergétique de nos consommateurs et de nos fournisseurs. Ca a fait monter énormément ce bilan et vous avez raison, ça ne va pas dans le bon sens”, explique Alexandra Palt, directrice générale en charge de l'environnement chez L'Oréal. Si leurs émissions globales sont en hausse, L’oréal, et trois autres entreprises, ont réussi à faire baisser le bilan carbone de leurs propres sites.

A défaut d’être toujours suivis, les engagements se succèdent. Fin août, la plupart des entreprises signataires en 2015 ont fait une nouvelle promesse de baisser leurs émissions, cette fois pour 2023, on re-vérifiera.  

Sur le même sujet: Bastamag et l'observatoire des multinationales se sont intéressés à l'ensemble des entreprises du CAC 40.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne