Culture : à qui profite le quinoa?

FRANCE 2

En France nous en consommons près de 3000 tonnes chaque année. Le pays est même devenu le deuxième importateur de cette petite graine. Le revers de la médaille : ce succès fait flamber les cours et les prix du produit au Pérou et en Bolivie, les deux plus gros producteurs de la planète.  

Le quinoa bio si prisé en France vient d'ici : l'Altiplano bolivien, à presque 4000 mètres d'altitude. À cette période de l'année, les pousses sortent à peine de terre. Fin avril, elles atteindront deux mètres de haut. En attendant, Wilma Urrelo veille sur ses dix hectares. Cette productrice cultive cette plante depuis toujours, comme ses parents avant elle. Au départ Wilma comme ces autres producteurs ont profité du boom du quinoa. Grâce au prix des graines multiplié par quinze en trente ans, elle a pu payer les études à ses enfants. 

La culture intensive a fait chuter le cours mondial du quinoa

Mais il y a trois ans, tout s'est écroulé : "En 2013, le prix du quinoa a atteint 270 euros le quintal. Maintenant, il a baissé à 40 euros le quintal." témoigne-t-elle. Pour Wilma, il y a un coupable, le Pérou, qui a fait le choix de la culture intensive : "là-bas, je crois qu'ils le font pousser en trois mois. Alors que nous non, le processus normal c'est sept mois." Avec trois récoltes par an, le Pérou est devenu le premier producteur mondial en 2014. Il a inondé le marché et fait chuter les cours. Résultat : certains agriculteurs boliviens ont dû quitter leur village. Ils gagnaient trop peu malgré leur travail.  
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne