VIDEO. Santé : quatre cas de chikungunya à Montpellier

France 2

Quatre habitants de Montpellier ont été piqués par un moustique tigre. Il s’agirait des premiers cas autochtones. Le point avec Véronique Gaglione, envoyée spéciale de France 2.

 

On ne sait pas grand chose pour l’instant des quatre victimes. Elles habiteraient le même quartier du centre-ville de Montpellier, peut-être même s’agirait-il de quatre personnes d’une même famille. Elles auraient donc contracté en métropole, ici à  Montpellier, le virus du chikungunya, c’est  pour cela que l’on parle de cas autochtones. Les victimes n’ont pas été hospitalisées.

Pas de vaccin contre le chikungunya

Le chikungunya provoque de fortes fièvres avec des douleurs articulaires. Il n’y a pas de vaccin. Dans certains cas, ces douleurs et des raideurs persistent plusieurs mois, voire plusieurs années. La maladie peut être mortelle chez les patients fragilisés, notamment les personnes âgées.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne