VIDEO. Après les inondations, un maire veut raser les maisons sinistrées

FRANCE 2

A Grabels, le maire demande aux sinistrés les plus touchés de ne pas réintégrer leur logement. Il veut raser les constructions les plus menacées et bloquer toute nouvelle construction. Une équipe de France 2 s'est rendue dans la commune de l'Hérault.

Ici, la semaine dernière, l’eau du Rieumassel qui passe au fond du jardin est montée à hauteur des fenêtres. Cela fait 40 ans que Robert Bernasconi habite là. La semaine dernière, il s’est réfugié dans les combles. Pour lui, c’est sûr, il veut revenir vivre ici. "Je ne vais pas faire raser la maison", dit-il, "Où je vais aller après ?".
Il y a huit jours, 322 logements à Grabels ont été inondés. Presque un millier de sinistrés, c’est presque 10% de la population. Alors le maire René Revol ne veut plus revivre cela. Il a engagé un bras de fer afin de faire raser une centaine d’habitations, notamment des logements sociaux.

Zone rouge

"J’ai le pouvoir de ne pas signer le permis de réhabilitation", dit René Revol, "c’est un pouvoir extraordinaire, tant que les communes conservent ce droit, je le ferai".
Les maisons devront donc être rasées. Partir pourquoi pas, mais pour aller où, se demandent les habitants. "J’ai regardé sur internet les locations, c’est le double", affirme Hélène Roger, une des locataires sinistrées. Son couple n’a qu’un salaire car elle est au chômage. Si elle va louer dans le privé, elle ne pourra pas se payer la même chose.
Depuis des années, le maire s’oppose à de nouvelles constructions, en raison du risque d’inondations. Il espère que les crues de la semaine dernière vont enfin convaincre la préfecture d’étendre la zone rouge pour bloquer définitivement les projets de construction.

Vous êtes à nouveau en ligne