Ratko Mladic condamné à La Haye : pour les victimes "ce tribunal a été la lumière au bout du tunnel"

Ratko Mladic devant le Tribunal pénal international pour l\'ex-Yougoslavie le 22 novembre 2017.
Ratko Mladic devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie le 22 novembre 2017. (PETER DEJONG / POOL / ANP POOL)

Ratko Mladic a été condamné à la perpétuité par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougosalvie à La Haye. L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie a été reconnu coupable du génocide de Srebenica en 1995 ainsi que de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Des dizaines de victimes avaient fait le voyage depuis la Bosnie vers La Haye pour entendre le verdict à l’encontre de Ratko Mladic, condamné mercredi 22 novembre à la perpétuité par le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité. "Les vrais héros, les seuls héros sont les survivants qui sont venus à la Cour, ceux qui ont survécu dans une fosse commune pendant des heures et qui, des années plus tard, sont venus raconter leur histoire et affronter les coupables", avait estimé le procureur du TPIY, avant de prononcer son dernier verdict

Devant le tribunal et dans la salle d'audience, la lecture du dernier jugement du TPIY a été accueillie avec émotion, quelques pleurs et des applaudissements. L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, surnommé le "boucher des Balkans", a été reconnu coupable de dix chefs d'accusation à son encontre.

Parmi ceux qui ont fait le voyage, Jasmin Mešković, président de l’association des anciens détenus de Bosnie. Pour l’ensemble du conflit, plus de 200 000 personnes ont été détenues dans des camps, qualifiés souvent de camps de concentration, comme Omarska ou Prijedor. Selon Jasmin Mešković beaucoup de crimes commis en Bosnie n’auraient pas été jugés s’il n’y avait pas eu le TPIY. "Ce tribunal a fait un très bon travail, même s’il aurait pu faire plus. En tout cas, cela a été la lumière au bout du tunnel et cela a poussé les justices nationales à faire leur travail", affirme-t-il. 

Ratko Mladic était le maître de la vie et de la mort, c’était le stratège principal, l’ensemble des forces de la Republika Srpska était sous ses ordresJasmin Mešković, association des anciens détenus de Bosniefranceinfo

Ratko Mladic est le dernier responsable yougoslave jugé par le TPIY. Créé en 1993 au plus fort des guerres de Bosnie et de Croatie, le tribunal doit fermer ses portes à la fin de l’année. Pour les partisans de la justice internationale, ce jugement devra être exemplaire.    

Vous êtes à nouveau en ligne