PSG : peines légères pour les casseurs

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Un homme d'une soixantaine d'années serait entre avec un fusil. Il aurait croise une trentaine d'enfants dans un couloir. Et il s'est suicidé devant les enfants. Les comparutions immédiates vont se poursuivre aujourd'hui à Paris après les incidents du Trocadéro. Les premières condamnations vont de 3 mois de prison avec sursis à 2 mois ferme. Les comparutions se sont poursuivies jusqu'au matin. 13 jeunes âges de 18 à 25 ans ont été juges hier à Paris. Ces étudiants, travailleurs, chômeurs ont été arrêtes lundi soir, accusés de violences volontaires ou de rébellion. Beaucoup disent n'avoir rien fait. Ils ont été condamnés à des peines allant de 3 mois de prison avec sursis à 2 mois ferme. Ils devront aussi verser des amendes à des policiers. J'étais tout seul, ils se sont mis sur moi. Il fallait qu'ils en attrapent un juste. Moi, je suis un exemple, j'ai rien fait, fallait prendre du monde et moi j'étais dedans. Les policiers nous ont demandé si on connaissait le nom des joueurs, pour vérifier si on n'était pas que des casseurs venus pour foutre la merde. Manque de bol, je connais très bien le club. A Paris, cet après-midi, 11 autres personnes devraient encore passer en comparution immédiate. Les commerçants de la place du Trocadéro continuent les réparations. La préfecture de police envisage que l'Etat en rembourse une partie. La loi prévoit un certain nombre de conditions pour que les dommages commis en marge d'une manifestation soient indemnisés, si les dommages sont bien commis par la manifestation ou l'attroupement.

Un homme d'une soixantaine d'années serait entre avec un fusil. Il aurait croise une trentaine d'enfants dans un couloir. Et il s'est suicidé devant les enfants.

Les comparutions immédiates vont se poursuivre aujourd'hui à Paris après les incidents du Trocadéro. Les premières condamnations vont de 3 mois de prison avec sursis à 2 mois ferme.

Les comparutions se sont poursuivies jusqu'au matin. 13 jeunes âges de 18 à 25 ans ont été juges hier à Paris. Ces étudiants, travailleurs, chômeurs ont été arrêtes lundi soir, accusés de violences volontaires ou de rébellion. Beaucoup disent n'avoir rien fait. Ils ont été condamnés à des peines allant de 3 mois de prison avec sursis à 2 mois ferme. Ils devront aussi verser des amendes à des policiers.

J'étais tout seul, ils se sont mis sur moi. Il fallait qu'ils en attrapent un juste. Moi, je suis un exemple, j'ai rien fait, fallait prendre du monde et moi j'étais dedans.

Les policiers nous ont demandé si on connaissait le nom des joueurs, pour vérifier si on n'était pas que des casseurs venus pour foutre la merde. Manque de bol, je connais très bien le club.

A Paris, cet après-midi, 11 autres personnes devraient encore passer en comparution immédiate. Les commerçants de la place du Trocadéro continuent les réparations. La préfecture de police envisage que l'Etat en rembourse une partie.

La loi prévoit un certain nombre de conditions pour que les dommages commis en marge d'une manifestation soient indemnisés, si les dommages sont bien commis par la manifestation ou l'attroupement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne