PS : inquiétude chez les sympathisants

Elise Lucet : merci. Il y avait déjà beaucoup d'inquiétude chez les militants et les sympathisants du PS. Aujourd'hui, on s'approche du désarroi, voire de la consternation. Les règlements de comptes internes ne rassurent pas les électeurs. Nous les avons rencontrés dans un fief du PS, à Lille. Dans ce quartier populaire de Lille où François Hollande a recueilli près de 70% des voix, l'humeur est maussade. On ne fait plus attention, ça change toujours. Il y a toujours eu des remaniements. Est-ce pour contenter le peuple ? Je n'en sais rien. C'est la crise et le pouvoir d'achat qui préoccupent les habitants. Ils ont l'air de se combattre, de s'amuser. On lui a tellement reproché son indécision et là on lui aurait reproché s'il n'avait pas tranché là. Au siège du PS, les militants sont plus critiques. On a l'impression que Hollande est de plus en plus effacé. Qu'il ne maîtrise plus rien. J'ai l'impression qu'il est dépassé par les événements. Tu te demandes qui est le Président et qui est le Premier ministre. Ces jeunes ne se reconnaissent plus dans ce gouvernement. Je me sens trahi par le président de la République. Il mène une politique à l'opposé de ce qu'il avait défendu. Je rappelle son slogan "Le changement c'est maintenant". Le verdict est sans appel. Un jugement qui promet des débats houleux lors de l'Université d'été à La Rochelle.

Elise Lucet : merci. Il y avait déjà beaucoup d'inquiétude chez les militants et les sympathisants du PS. Aujourd'hui, on s'approche du désarroi, voire de la consternation. Les règlements de comptes internes ne rassurent pas les électeurs. Nous les avons rencontrés dans un fief du PS, à Lille.

Dans ce quartier populaire de Lille où François Hollande a recueilli près de 70% des voix, l'humeur est maussade.

On ne fait plus attention, ça change toujours.

Il y a toujours eu des remaniements. Est-ce pour contenter le peuple ? Je n'en sais rien.

C'est la crise et le pouvoir d'achat qui préoccupent les habitants.

Ils ont l'air de se combattre, de s'amuser.

On lui a tellement reproché son indécision et là on lui aurait reproché s'il n'avait pas tranché là.

Au siège du PS, les militants sont plus critiques.

On a l'impression que Hollande est de plus en plus effacé. Qu'il ne maîtrise plus rien. J'ai l'impression qu'il est dépassé par les événements.

Tu te demandes qui est le Président et qui est le Premier ministre.

Ces jeunes ne se reconnaissent plus dans ce gouvernement.

Je me sens trahi par le président de la République. Il mène une politique à l'opposé de ce qu'il avait défendu. Je rappelle son slogan "Le changement c'est maintenant".

Le verdict est sans appel.

Un jugement qui promet des débats houleux lors de l'Université d'été à La Rochelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne