Portraits de Français : à l'écoute d'une femme de chambre

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre nouveau rendez-vous du week-end, "66 Millions de Français": des hommes, des femmes qui nous racontent chaque semaine à quoi ressemble leur vie professionnelle mais aussi personnelle. Après le témoignage d'un marin pêcheur, paroles d'une femme de chambre. J'ai 55 ans, je suis femme de chambre à Paris depuis 31 ans. Service. C'est un métier que j'aime, on voit du monde. On voit les touristes qui arrivent de tous les pays. Il y a des gens à qui on dit bonjour et qui ne répondent pas mais ce n'est pas grave. On est là pour être aimable, c'est ce qu'il faut être dans l'hôtellerie. J'aime bien faire mon travail sauf qu'à la longue ça devient dur. On a beaucoup de problèmes de dos, il y a les épaules, il y a plein de choses. Je suis au-dessus du Smic mais je dirais que pour toutes ces années faites ici je ne suis pas bien payée. Le coût de la vie a augmenté mais le salaire ne bouge pas. 1.600 brut. Si vous voulez voyager, faire des trucs, ce n'est pas assez. Il y a des endroits où on ne peut pas, comme aller à l'île Maurice! Je n'ai pas fait de hautes études, je n'ai que mon certificat d'études. Je regrette un peu de ne pas avoir fait de formation. J'aurais peut-être pu faire femme de chambre durant. 5 ans puis changer, mais ça ne m'est pas venu à l'idée, et puis les années ont passé. Ça fait plus de 30 ans que je suis en France et ça fait un an que j'ai la nationalité française. J'écoute les infos, je lis les journaux, comme l'histoire de François Hollande avec sa. Je suis citoyenne française et j'ai envie de voter, mais les municipales, je ne sais pas trop à quoi ça sert. Mon rêve, si j'ai la santé, ce serait de tenir jusqu'à la retraite.

Notre nouveau rendez-vous du week-end, "66 Millions de Français": des hommes, des femmes qui nous racontent chaque semaine à quoi ressemble leur vie professionnelle mais aussi personnelle. Après le témoignage d'un marin pêcheur, paroles d'une femme de chambre.

J'ai 55 ans, je suis femme de chambre à Paris depuis 31 ans. Service. C'est un métier que j'aime, on voit du monde. On voit les touristes qui arrivent de tous les pays. Il y a des gens à qui on dit bonjour et qui ne répondent pas mais ce n'est pas grave. On est là pour être aimable, c'est ce qu'il faut être dans l'hôtellerie. J'aime bien faire mon travail sauf qu'à la longue ça devient dur. On a beaucoup de problèmes de dos, il y a les épaules, il y a plein de choses. Je suis au-dessus du Smic mais je dirais que pour toutes ces années faites ici je ne suis pas bien payée. Le coût de la vie a augmenté mais le salaire ne bouge pas. 1.600 brut. Si vous voulez voyager, faire des trucs, ce n'est pas assez. Il y a des endroits où on ne peut pas, comme aller à l'île Maurice! Je n'ai pas fait de hautes études, je n'ai que mon certificat d'études. Je regrette un peu de ne pas avoir fait de formation. J'aurais peut-être pu faire femme de chambre durant.

5 ans puis changer, mais ça ne m'est pas venu à l'idée, et puis les années ont passé. Ça fait plus de 30 ans que je suis en France et ça fait un an que j'ai la nationalité française. J'écoute les infos, je lis les journaux, comme l'histoire de François Hollande avec sa. Je suis citoyenne française et j'ai envie de voter, mais les municipales, je ne sais pas trop à quoi ça sert. Mon rêve, si j'ai la santé, ce serait de tenir jusqu'à la retraite.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne