VIDEO. "The yes needs the no", "la pente est forte"... Le top 5 des "raffarinades"

franceinfo

L'ancien Premier ministre, qui a annoncé mardi son retrait de la vie politique, était connu pour ses petites phrases, parfois légèrement obscures. 

C'est l'un des derniers épisodes du renouvellement de la classe politique : Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre, a annoncé, mardi 27 juin, qu'il renonçait à son mandat au Sénat pour créer une ONG internationale. L'ancien giscardien, chef de produit chez Jacques Vabre dans les années 1970, élu de la Vienne depuis 1977 et Premier ministre de Jacques Chirac de 2002 à 2005, a fait part de sa décision dans une tribune publiée par La Nouvelle République.

"Le moment est venu de me retirer de la vie politique élective", écrit le sénateur, âgé de 68 ans. "Je renonce aux trois ans de mandat qu'il me reste à accomplir au Sénat car le moment est pertinent. La jeune génération politique prend le pays en main et c'est heureux", ajoute-t-il.

Le roi des formules floues

Si Jean-Pierre Raffarin laisse donc derrière lui un long parcours politique, il faudra aussi dire adieu à ses petites phrases. Car l'ancien pensionnaire de Matignon s'est rendu célèbre par des formules dont certaines sont passées à la postérité. Elles portent même un nom : les "raffarinades". De "notre route est droite, mais la pente est forte" au célèbre "the yes needs the no to win against the no", franceinfo revient sur le top 5 des "raffarinades". 

Vous êtes à nouveau en ligne