VIDEO. Les référendums organisés sous la Ve République ont d'abord été conçus comme des votes plébiscites

Si le général de Gaulle a utilisé à plusieurs reprises le référendum pour conforter sa politique, ses successeurs en ont fait un usage plus modéré… Extrait du magazine "Ouvrez le 1" diffusé mercredi 27 février 2019 sur Franceinfo (canal 27).

Les référendums organisés sous la Ve République ont d'abord été conçus comme des votes plébiscites. Cette logique a été inaugurée en septembre 1958 par la Constitution, approuvée par 82% des votants. Le président de la République Charles de Gaulle a organisé des référendums comme un outil pour légitimer sa politique. Ainsi celui de 1961 sur l'Algérie et ceux proposés en 1962 sur les accords d'Evian et le passage au scrutin universel direct pour l'élection présidentielle.

En avril 1969, le chef de l'Etat a été pris à son propre jeu puisqu'il a dû quitter l'Elysée avec le rejet de son référendum sur la réforme du Sénat et la régionalisation. Un non à 52% qui a entraîné sa démission et son départ pour l'Irlande. Le Général n'est jamais revenu au pouvoir.

Un type de consultation frappé par l'abstention

L'abstention est l'écueil auquel ses successeurs se sont heurtés par rapport à cette "arme référendaire" qu'ils ont beaucoup moins employée. A commencer par Georges Pompidou, qui n'a proposé, en 1972, qu'un seul référendum portant sur l'élargissement de l'Europe (40% d'abstention). En 1988, seuls 40% des électeurs se sont déplacés pour valider le nouveau statut de la Nouvelle-Calédonie. En septembre 2000, l'abstention a atteint 70% pour le passage pourtant consensuel du septennat au quinquennat. 

Il est de plus en plus difficile d'obtenir un oui à 51%, comme cela a été le cas pour le référendum sur le traité Maastricht en 1988. En revanche, c'est le non à la Constitution européenne qui l'a emporté en 2005 avec 55% des suffrages. Un vote qui obligé les dirigeants européens, et notamment le président Nicolas Sarkozy, à utiliser le traité de Lisbonne pour contourner ce résultat référendaire.

Extrait du magazine "Ouvrez le 1" diffusé mercredi 27 février 2019 sur Franceinfo (canal 27).

> "Ouvrez le 1", un magazine télévisé, tous les mercredis à 22h30 sur Franceinfo (canal 27). 

> "Le 1", un journal pour comprendre le monde, tous les mercredis en kiosque.

Vous êtes à nouveau en ligne