VIDEO. Le Front de gauche n'est pas au bord de l'implosion, assure le numéro un du PCF

France 2

"Aucune de nos formations n'a envie de quitter le Front de gauche", assure Pierre Laurent.

Le virage social-démocrate de François Hollande divise le Front de gauche. D'un côté, il y a le Parti de gauche, mené par Jean-Luc Mélenchon, fermemement opposé à la politique du gouvernement. De l'autre, on trouve le Parti communiste français (PCF), plus ouvert à la coopération. Les deux formations se rencontrent vendredi 17 janvier "pour clarifier la situation".

Quelques heures avant cette réunion, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a affirmé sur France 2 qu'il allait "falloir relancer l'activité politique du Front de gauche pour rassembler tous ceux qui, à gauche, ne peuvent pas se reconnaître dans cette politique du gouvernement". Et d'assurer : "Aucune de nos formations n'a envie de quitter le Front de gauche."

Comment calmer la situation ? Sur son blog, Jean-Luc Mélenchon réclame notamment une utilisation stricte du logo du Front de gauche. Il souhaite le retirer sur les listes municipales où le PCF s'est allié avec le PS. "Le sigle Front de gauche ne peut sous aucune forme être associé aux listes du PS", estime-t-il. "Le débat politique qu'on a, c'est pas une affaire de logo, c'est pas une affaire de marchands de tapis", selon Pierre Laurent.

Vous êtes à nouveau en ligne