VIDEO. Hollande "joue gros" avec sa conférence de presse à l'Elysée

Hervé Pozzo

Six mois après son investiture, François Hollande va tenter de "rompre avec la présidence normale" et de "se représidentialiser", explique Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2.

POLITIQUE – C'est son grand oral. Six mois après son investiture, François Hollande va tenter, mardi 13 novembre, de redorer son image présidentielle malmenée dans la presse et les sondages, alors qu'il entame un virage délicat sur fond de nouveaux efforts demandés aux Français pour relancer la compétitivité de l'économie française.

Signe de ces temps nouveaux, le chef de l'Etat a finalement choisi d'organiser sa première grande conférence de presse du quinquennat sous les ors de grande salle des fêtes de l'Elysée, alors qu'en avril, il avait en tête un lieu moins imposant. François Hollande tient ainsi "une de ses promesses de campagne" et revient dans le même temps à "un grand classique de la cinquième République", "la bonne vieille conférence de presse", explique Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2.

"Il y a toujours un imprévu"

Ce rendez-vous très attendu avec quelque 400 journalistes, retransmis en direct sur France 2 et sur francetv info, est l'occasion pour le socialiste de "rompre avec la présidence normale" et de "se représidentialiser", analyse la journaliste politique. Laquelle souligne qu'il s'agit là d'un exercice de communication politique "lourd".

"On le guette sur son style, ce côté un peu enjoué qui l'empêche d'avoir sa stature présidentielle", souligne Nathalie Saint-Cricq. En outre, commente-elle, "le programme sera extrêmement large" et "il y a toujours un imprévu dans les conférences de presse" aussi "il faut toujours faire attention" à ce que l'on dit et à la manière dont on le dit. "Il joue gros", conclut-elle.

 

Vous êtes à nouveau en ligne