Valls cherche à unir la gauche avant son discours

(Maxppp)

Mardi, Manuel Valls aborde la première épreuve de son mandat de Premier ministre. Le traditionnel discours de politique générale, qu'il tiendra devant les députés, devra à la fois rassembler une majorité très critique à son égard et clarifier la politique économique du gouvernement. Pour le préparer et assurer une relative unité autour de lui, il a multiplié les rencontres avec les différents partis de gauche ce lundi.

Manuel Valls a reçu, ce lundi, les représentants de plusieurs partis de la gauche de l'échiquier politique. Avant son discours de politique générale, qu'il donnera mardi à 15h devant une Assemblée nationale pleine à craquer, et avant le vote de confiance qui suivra, le nouveau Premier ministre a voulu ainsi s'assurer d'une union autour de son projet.

C'est en ce sens qu'il a reçu des représentants des Verts. Après avoir décidé la semaine dernière de ne pas participer à son gouvernement, ces derniers hésitent toujours entre le vote pour et l'abstention. Ils prendront leur décision mardi matin lors de leur réunion de groupe.

Hésitations des Verts et du Parti de gauche

"Les députés écologistes ont été élus dans le cadre d'un pacte majoritaire ", a rappelé le co-président du groupe, François de Rugy, à l'issue de la rencontre. "Ce que nous souhaitons évidemment voir, c'est si les engagements de ce pacte majoritaire de 2012 sont maintenant tenus ", a-t-il ajouté, déplorant qu'un "certain nombre n'aient pas été tenus " depuis deux ans.

Les Verts ne sont pas les seuls à hésiter. Il en va de même pour le Parti de gauche, qui lui oscille entre s'abstenir et voter contre, et dont le leader Jean-Luc Mélenchon appelle à manifester contre le Premier ministre. Manuel Valls devrait en revanche pouvoir compter sur le vote des communistes et radicaux de gauche, qu'il a également reçus ce lundi.

A LIRE AUSSI ►►► Les réactions politiques au nouveau gouvernement Valls

Dimanche, ce sont les députés socialistes qui ont été conviés à Matignon. Ils demandent un nouveau "contrat de confiance " avec le gouvernement, et la fin des politiques "d'austérité " en Europe. La rencontre semble avoir porté ses fruits. Ces députés - issus de la gauche du parti, proches de Martine Aubry ou membres du courant de la Gauche populaire - voteront sans doute la confiance au gouvernement.

Très improbable que le gouvernement ne passe pas le vote de confiance

"Ce n'est pas, contrairement à ce que certains veulent faire croire, une motion de défiance ", confirme le député PS Jean-Marc Germain, qui faisait partie des parlementaires reçus dimanche avec d'autres comme Laurent Baumel, Pouria Amirshahi ou Christian Paul.

Toutefois, si le gouvernement n'obtenait pas la majorité lors de ce vote de confiance, ce qui paraît très improbable, il serait renversé.

A LIRE ET A ECOUTER ►►► Mardi à partir de 14h45, la rédaction de France Info et franceinfo.fr sera mobilisée pour une spéciale autour du discours de politique générale que donnera Manuel Valls à 15h.

Vous êtes à nouveau en ligne