Une nouvelle génération de trentenaires dans les rangs ministériels

François Hollande entouré de Najat Vallaud-Belkacem et Aurélie Filippetti
François Hollande entouré de Najat Vallaud-Belkacem et Aurélie Filippetti (ALAIN JOCARD / AFP)

Elles sont jeunes et ambitieuses. Elles représentent la jeune garde du Parti socialiste et entrent aujourd'hui au gouvernement. Qui sont ces trentenaires qui accèdent pour la première fois à un poste ministériel ? FranceTV2012 dresse leurs portraits.

Elles sont jeunes et ambitieuses. Elles représentent la jeune garde du Parti socialiste et entrent aujourd'hui au gouvernement. Qui sont ces trentenaires qui accèdent pour la première fois à un poste ministériel ? FranceTV2012 dresse leurs portraits.

Elles s'appellent Najat, Delphine, Fleur ou Aurélie. Ce sont les nouvelles protégées de François Hollande, des trentenaires aux parcours fulgurants.

Najat Vallaud-Belkacem, la benjamine

Najat Vallaud-Belkacem
Najat Vallaud-Belkacem (AFP/FRED DUFOUR)

Omniprésente sur les plateaux de télévision et dans les meetings pendant la campagne, Najat Vallaud-Belkacem a été nommée ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement à 34 ans. C'est la benjamine du gouvernement.

Cette Franco-marocaine, naturalisée à ses 18 ans, précise : "j'ai derrière moi dix ans de vie politique intenses", jalonnés de "rencontres qui ont précipité les choses".

Licenciée de droit puis entrée à Sciences-Po, Mme Vallaud-Belkacem commence sa carrière politique pendant ses études en tant qu'assistante parlementaire de la députée socialiste Béatrice Marre (Oise). La qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002 la pousse à adhérer au Parti socialiste (PS), avant d'être recrutée au cabinet du maire PS de Lyon Gérard Collomb en 2003.

Conseil régional de Rhônes-Alpes, puis conseil général et mairie de Lyon en tant qu'adjointe à la jeunesse, Mme Vallaud-Belkacem a fait de Lyon son fief.

En 2006, la jeune pousse entre dans l'équipe de campagne de Ségolène Royal et lui reste fidèle en 2011 lors des primaires socialistes avant de rejoindre l'équipe de porte-paroles du vainqueur, François Hollande.

Elle contribue aussi à la réflexion du candidat sur la démocratie participative ou l'égalité des droits pour les couples homosexuels, thèmes qui sont chers à la secrétaire nationale aux questions de société du PS.

Mère de deux enfants, mariée à un haut fonctionnaire, Mme Vallaud-Belkacem a renoncé jeudi à sa candidature aux législatives à Lyon.

Aurélie Filippetti, la littéraire

Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti (GUILLAUME BAPTISTE / AFP)

A 38 ans, cette députée (Moselle) agrégée de lettres, a été nommée ministre de la culture et de la communication après une carrière politique entamée chez les Verts.

Candidate en 1997 aux municipales dans le Ve arrondissement de Paris pour les écologistes face à Jean Tiberi, Mme Filipetti passe ensuite au cabinet d'Yves Cochet à l'Environnement à la fin du gouvernement
Jospin. Elle quitte le parti en 2006 pour rejoindre le PS et soutenir Ségolène Royal à la présidentielle de 2007, devenant une fidèle de l'ex-candidate.

Celle qui s'est spécialisée dans le domaine des médias et de la culture, rejoint l'équipe de François Hollande après la primaire socialiste en tant que porte-parole, aux côtés de Mme Vallaud-Belkacem.

Fille d'un ancien mineur de fond, communiste, d'origine italienne, Mme Filipetti est une ex-élève de l'Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint Cloud, et a écrit plusieurs romans.

Delphine Batho, la militante

Delphine Batho
Delphine Batho (FRED DUFOUR / POOL / AFP)

Nommée ministre déléguée à la justice, cette autre proche de Mme Royal, âgée de 39 ans, milite depuis son plus jeune âge. Fille d'un ouvrier CGT, ancienne leader lycéenne, elle a aussi adhéré, à 15 ans seulement, à SOS Racisme.

Le bac en poche, elle renonce à ses études avant de les reprendre plus tard en devenant auditrice de l'Institut national des hautes études de sécurité. En 1994, elle adhère au Parti socialiste et entre dans le sillon de Julien Dray, le premier à tenir au PS un discours musclé sur la sécurité, un thème dont elle fera sa spécialité.

En 2007, elle devient députée des Deux-Sèvres, circonscription que lui cède Ségolène Royal. Elle ne cesse de dénoncer l'abandon de la police de proximité et la baisse des effectifs policiers pendant la décennie Sarkozy.

Elle fut également l'une des porte-paroles de M. Hollande pendant la campagne.

Fleur Pellerin, la technocrate geek

Fleur Pellerin
Fleur Pellerin (FRED DUFOUR / AFP)

A 38 ans, la ministre déléguée chargée des PME et de l'économie numérique est un autre symbole de la génération montante du PS.

Cette énarque passée par la Cour des comptes est l'une des rares membres du gouvernement à être issue de la société civile et non de l'appareil du PS. Elle participe à la campagne de Lionel Jospin en 2002, mais ne prend sa carte au parti qu'en 2006. Elle intègre dans la foulée l'équipe de campagne de Mme Royal en montant une cellule de réponses à la presse spécialisée.

Proche de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'économie, Mme Pellerin, , était responsable du dossier économie numérique durant la campagne de M. Hollande.

D'origine coréenne, celle qui fut adoptée à six ans par une famille française aux "valeurs de gauche", a présidé le "Club XXIe siècle", cercle réunissant l'élite de la diversité, succédant à Rachida Dati et Rama Yade.

Peu connue du grand public en France, c'est déjà une star en Asie. Les chaînes de la région la courtisaient pendant la campagne, multipliant les demandes d'interviews. Elle ne brigue aucun mandat à l'Assemblée nationale.

Vous êtes à nouveau en ligne