Un texte réclamant l'interdiction d'une technique boursière hautement spéculative est défendu jeudi à l'Assemblée

Jérôme Cahuzac (PS) défendra l\'amendement avec Marie-Anne Monchamp (UMP)
Jérôme Cahuzac (PS) défendra l'amendement avec Marie-Anne Monchamp (UMP) (AFP - Eric Feferberg)

Jérôme Cahuzac, président PS de la commission des Finances et la députée UMP Marie-Anne Montchamp proposent d'"interdire les ventes à découvert à nu" décriées mercredi par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.Les deux députés défendront leur amendement jeudi en séance publique lors de l'examen du projet de loi "régulation bancaire et financière".

Jérôme Cahuzac, président PS de la commission des Finances et la députée UMP Marie-Anne Montchamp proposent d'"interdire les ventes à découvert à nu" décriées mercredi par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

Les deux députés défendront leur amendement jeudi en séance publique lors de l'examen du projet de loi "régulation bancaire et financière".

Mme Montchamp et M.Cahuzac, qui avaient rédigé des amendements identiques, ont reçu mercredi un avis favorable de la commission des Finances.

La vente à découvert, que Paris et Berlin veulent rapidement encadrer, est une technique boursière qui permet à des opérateurs de marché de vendre des titres qu'ils ne possèdent pas encore, avec l'espoir de les racheter à un moindre prix. La vente à découvert dite "à nu" consiste à vendre un titre, avec un règlement différé, sans même l'emprunter.

Dans un courrier commun mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont demandé à la Commission de Bruxelles d'"accélérer ses travaux s'agissant de l'encadrement renforcé du marché des CDS et des ventes à découverts".

Le gouvernement allemand a adopté le 2 juin un projet de loi étendant à toutes les actions l'interdiction de ventes à découvert à nu.

Mme Montchamp et M.Cahuzac insistent chacun de leur côté sur "la coordination" avec l'Allemagne dans ce domaine.

Le groupe PS à l'Assemblée rappelle qu'il réclame la création d'une commission d'enquête sur les mouvements spéculatifs. "C'est également le sens des propositions de loi communes sur la régulation financière, que nous avons décidé d'élaborer avec le SPD en Allemagne et que nous déposerons simultanément à l'Assemblée et au Bundestag", précisent les députés PS dans un communiqué.