Un maire tire au sort son parrainage

Des militants NPA en quête des signatures
Des militants NPA en quête des signatures (PASCAL PAVANI / AFP)

Un maire de Bretagne va tirer au sort son parrainage pour un candidat à l'élection présidentielle.

Un maire de Bretagne va tirer au sort son parrainage pour un candidat à l'élection présidentielle.

Comme en 2002 et 2007, le maire de la petite commune de Saint-Servais (Finistère), près de Landivisiau, Laurent Mazurié (SE), s'en remettra au hasard pour choisir le candidat à la présidentielle auquel il donnera son parrainage.

Tirage au sort

"Lors d'une réunion avec les adjoints, je mettrai dans mon meilleur chapeau les noms des candidats qui n'ont pas encore obtenu un nombre suffisant de parrainages et tirerai au hasard l'un d'eux", a expliqué à l'AFP le maire de la commune de 772 habitants du Nord-Finistère.

En 2002, M. Mazurié, qui se flatte d'"honorer la démocratie", avait signé pour Christine Boutin, et en 2007 pour Olivier Besancenot, ce qui lui avait valu des réflexions amusées de certains de ses administrés.

"Je respecte ainsi mon devoir de maire fixé par la loi. Si d'autres faisaient comme moi, il n'y aurait plus de problèmes de parrainage. Au 1er tour, toutes les sensibilités doivent pouvoir se présenter", souligne le maire qui se déclare en revanche contre un système préservant l'anonymat.

La procédure officielle

Les préfectures ont adressé aux quelque 47.000 élus habilités à parrainer un candidat à l'élection présidentielle les formulaires de présentation, donnant ainsi le coup d'envoi du processus électoral, a-t-on appris jeudi auprès du Conseil constitutionnel.

Les élus devaient recevoir ce précieux document --un exemplaire unique par parrain-- jeudi et vendredi, a-t-on précisé de même source.

En fait, environ 42.000 élus sont habilités à délivrer un parrainage. Environ 5.000 édiles ont deux mandats au titre duquel ils figurent sur la liste des "présentateurs", mais chaque élu ne peut faire qu'un seul parrainage.

L'envoi de ces documents suit l'examen par le Conseil des ministres, mercredi, du décret de convocation des électeurs pour le scrutin des 22 avril et 6 mai, à paraître vendredi au Journal officiel.

Un bon tiers des élus habilités à présenter un candidat s'acquittent de cette prérogative, selon le Conseil constitutionnel. En 2007, 17.000 parrainages avaient été accordés, pour 12 candidats.

Les formulaires de présentation, selon la terminologie officielle, devront parvenir au Conseil constitutionnel le 16 mars à 18H00 au plus tard (s'y ajoute un délai de route pour les départements d'outre-mer).

Ils sont adressés soit directement par les élus au Conseil constitutionnel, dans l'enveloppe standardisée mise à leur disposition, soit par les mandataires des candidats qui les centralisent.

Pour pouvoir être candidat, il faut réunir 500 présentations au moins, venant de 30 départements au moins et à raison de 50 présentations au maximum par département. Pour chaque candidat, les noms de 500 présentateurs, tirés au sort, sont rendus publics ultérieurement.

Vous êtes à nouveau en ligne