Un hommage national sera rendu aux trois soldats français tués au Mali

(Mickaël Poo-Sing, Damien Noblet et Michael Chauwin, de gauche à droite, les trois soldats français victimes d'une explosion de mine au Mali © ministère de la Défense)

Deux militaires français sont décédés des suites de leurs blessures après l’explosion d’une mine contre leur véhicule blindé le 12 avril, qui avait déjà tué un de leurs camarades au Mali, annonce mercredi l'Elysée.

Le bilan après l'explosion d'une mine dans le nord du Mali qui a touché un véhicule de l'armée française s'est alourdi à trois morts ce mercredi. L'Elysée avait annoncé mardi le décès d'un jeune soldat d'un régiment de la Côte-d'Or. Un nouveau communiqué de la présidence de la République française ce mercredi annonce que deux autres militaires n'ont pas survécu à leurs blessures. Un "hommage national" leur sera rendu "la semaine prochaine" en présence de François Hollande a annoncé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

Le même régiment frappé

Les trois soldats appartiennent au 511e régiment du train d’Auxonne, situé à une trentaine de km de Dijon. Selon le communiqué de l'Elysée, ils intervenaient "dans le cadre de l’opération Barkhane dont l’objet est la stabilité dans le Sahel et la lutte contre le terrorisme ". François Hollande "salue avec émotion la mémoire de ces deux soldats français" et "adresse ses condoléances à leurs familles et à leurs proches"

"Le maréchal-des-logis Damien Noblet et le brigadier Michael Chauwin se trouvaient dans le même véhicule blindé que le 1ère classe Mickaël Poo-Sing, tué hier matin sous le coup de l'explosion" , a précisé le ministre de la Défense dans un communiqué. Grièvement blessés, ils avaient été évacués vers l'antenne chirurgicale militaire française de Gao. "Malgré les soins prodigués par les spécialistes du service de santé des armées, les deux soldats sont morts à Gao, dans la soirée, des suites de leurs blessures" , a ajouté Jean-Yves le Drian. Le Premier ministre leur a également rendu hommage.

Damien Noblet et Michael Chauwin étaient engagés dans l'opération Barkhane depuis janvier 2016. Leurs décès ainsi que celui de Mickaël Poo-Sing portent à 17 le nombre de soldats français tués depuis le début de l'intervention militaire au Mali début 2013.

"Avec leurs compagnons d’armes, je souhaite rendre hommage à nos trois soldats dont la valeur, la motivation et le dévouement étaient reconnus de tous. Ils accomplissaient une mission essentielle dans la lutte globale que notre pays mène contre le terrorisme au Sahel avec l’opération Barkhane", a déclaré Jean-Yves Le Drian.

(Mali : deux autres soldats français succombent à leurs blessures © Visactu)