VIDEO. "Est-ce qu'une phrase mérite une telle vindicte ?" se défend Nadine Morano

FRANCE 2

L'eurodéputée estime toujours n'avoir rien dit de répréhensible. Elle devrait pourtant être évincée de la liste des Républicains dans le Grand Est pour les régionales.

Ses déclarations sur la "race blanche" ont fait scandale. Et cette nouvelle sortie devrait lui coûter sa place au sein de la liste des Républicains dans le Grand Est pour les régionales de décembre. Interrogée par France 2, mercredi 30 septembre, Nadine Morano se défend : "Est-ce qu'une phrase, un mot, mérite une telle vindicte médiatique de sa propre famille ?"

"Ils ont perdu la tête"

Plus tôt dans la matinée, Nicolas Sarkozy, le président des Républicains, avait saisi la commission nationale des investitures du parti. Philippe Richert, la tête de liste des Républicains pour les régionales dans le Grand Est, avait demandé aux instances nationales de retirer à Nadine Morano son investiture départementale en Meurthe-et-Moselle. "Les positions de Nadine Morano ne sont, aujourd'hui, pas compatibles avec les orientations de son équipe", justifiait-il.

L'eurodéputée estime toujours n'avoir rien dit de répréhensible. "Je trouve que c'est un peu stupéfiant, on a le droit de ne pas être d'accord, il m'est déjà arrivé d'être en désaccord avec des membres de ma famille politique", réagit-elle. Et de confier, une fois la caméra éteinte, "ils ont perdu la tête".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne