Retour de Nicolas Sarkozy : les trois piques de François Fillon

Nicolas Sarkozy et François Fillon arrivent à un meeting de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, le 25 avril 2012, à Cernay (Haut-Rhin).
Nicolas Sarkozy et François Fillon arrivent à un meeting de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, le 25 avril 2012, à Cernay (Haut-Rhin). ( MAXPPP)

L'ancien chef de l'Etat et son ex-Premier ministre doivent se rencontrer, jeudi, dans un contexte de rivalité.

Ils ne se sont pas vus en tête-à-tête depuis un an et demi, rappelle le site du Monde. L'ancien président Nicolas Sarkozy et son ex-Premier ministre François Fillon doivent se rencontrer, jeudi 2 octobre, alors que les deux hommes mènent une campagne, respectivement pour la présidence de l'UMP et pour la primaire de l'UMP en vue de la présidentielle de 2017. "Nicolas Sarkozy souhaite me voir, nous allons nous voir", a confirmé, jeudi, sur France Inter, François Fillon, qui ne ménage pas son rival.

"J'ai souvent entendu parler de Bygmalion"

"Je pense que tout le monde connaissait l'existence de cette entreprise", a soutenu François Fillon, sur France Inter, quelques heures après avoir assuré, sur BFMTV, avoir "souvent entendu parler de Bygmalion". Des propos qui mettent à mal la défense de l'ancien président. Son le rôle dans l'affaire Bygmalion intrigue en effet les juges qui enquêtent sur ce système de fausses factures présumées lors de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy"J'ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle", avait indiqué Nicolas Sarkozy, le 21 septembre, sur le plateau du journal de 20 heures de France 2.

"Dans la vie, on ne change pas vraiment"

L'ancien président a-t-il changé ? "Non pas vraiment, a estimé François Fillon, le 24 septembre. Dans la vie, on ne change pas vraiment. On peut changer sa communication, son apparence... On est tous comme ça, vous comme moi, on ne changera pas. On est construit sur une histoire, un passé, il ne faut pas le rejeter." 

Dans son message de retour sur Facebook, le 19 septembre, Nicolas Sarkozy évoquait pourtant sa prise de "recul", et son souhait d'incarner "un nouveau choix politique".

"Je n'ai pas le culte des sauveurs"

"Je n'ai pas le culte des sauveurs, mais le culte des idées", a lancé François Fillon, le 21 septembre, lors d'un discours devant ses partisans à Domont (Val-d'Oise), au cours duquel il a pris soin de ne jamais nommer Nicolas Sarkozy.

Vous êtes à nouveau en ligne