UMP : quinze communiqués pour saluer le "courage" de Nicolas Sarkozy

Jean-François Copé (4 janvier 2012)
Jean-François Copé (4 janvier 2012) (AFP)

Pas moins d'une quinzaine de communiqués. L'UMP a salué massivement, dimanche soir, la prestation du président de la République sur plusieurs chaines de télévision. Avec un mot omniprésent : "le courage". Et une expression : "transformer l'essai".

Pas moins d'une quinzaine de communiqués. L'UMP a salué massivement, dimanche soir, la prestation du président de la République sur plusieurs chaines de télévision. Avec un mot omniprésent : "le courage". Et une expression : "transformer l'essai".

"Avec Nicolas Sarkozy, le courage c'est maintenant !" Ainsi Franck Allisio, président des Jeunes Actifs - les jeunes trentenaires de l'UMP-, a-t-il salué avant 22 heurs, dimanche 29 janvier, au soir, l'intervention du chef de l'Etat.

Et de louer un "Président de la République qui fait le choix de gouverner plutôt que de se réfugier dans l'immobilisme comme tous les gouvernants à quelques mois d'une échéance électorale."

Ce premier communiqué du parti présidentiel a été suivi par une quinzaine d'autres, reprenant en boucle les mots "courage" et "vérité" opposés à la "démagogie" de la gauche. A titre d'exemples :

Benjamin Lancar : "Notre jeunesse n'a jamais connu un Président de gauche, ce soir, elle se rend compte de sa chance d'avoir comme chef de l'Etat un homme qui fait preuve de courage et sait décider pour l'avenir de chaque Française et chaque Français".

Marie-Anne Montchamp : "Ce soir le Président de la République a balayé tous les conformismes et toutes les postures démagogiques. Déterminé, il est aux avant-postes, avec lucidité, volontarisme et courage."

Comme d'habitude, la synthèse a été réalisée par le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé. .. à la télé : Nicolas Sarkozy a "tracé un chemin, avec certes des efforts, des décisions courageuses mais aussi une espérance".

Conclusion ? "On voit bien pour les Français le choix auquel ils seront confrontés à l'occasion de cette élection présidentielle", a-t-il dit. "Beaucoup de réformes ont été engagées depuis cinq ans (...), il nous faut maintenant transformer l'essai".

Transformer l'essai ... Le plus dur reste à faire pour un chef de l'Etat non encore candidat, mais donné en ballotage défavorable dans tous les sondages.

Vous êtes à nouveau en ligne