Trappes : Valls refuse les "leçons" de la droite

Le ministre de l\'Intérieur, Manuel Valls, lors d\'une conférence de presse à Trappes (Yvelines), le 22 juillet 2013.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, lors d'une conférence de presse à Trappes (Yvelines), le 22 juillet 2013. (FRANÇOIS GUILLOT / AFP)

Le ministre de l'Intérieur a sèchement répondu aux critiques de l'opposition après les incidents de ce week-end.

"Ceux qui nous ont laissé la société dans cet état devrait aussi avoir leur examen de conscience à faire." En déplacement à Trappes (Yvelines), le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a répondu aux critiques de la droite, lundi 22 juillet. Il a notamment accusé l'actuelle opposition d'avoir "dissimulé tous les ans depuis 2006, 130 000 faits" de délinquance. "C'est ce que vient d'établir une inspection de l'administration", a insisté le ministre.

"Nous, nous ne cachons rien, nous ne dissimulons rien, les problèmes nous les affrontons (...). Et moi, je veux la vérité des chiffres sur les voitures brûlées, sur les violences aux personnes, sur les violences commises à l'égard des femmes. (...) Nous changeons l'outil statistique pour avoir cette réalité", a poursuivi le ministre.

"Je ne suis pas là pour stigmatiser"

"Moi, je ne suis pas là pour stigmatiser, je ne suis pas là pour créer des problèmes (...). Il est là le changement, a-t-il lancé, faisant référence au slogan de François Hollande lors de la campagne présidentielle. Nous ne sommes pas en train de désigner des groupes, ou monter les communautarismes."

Répondant aux accusations de laxisme, le ministre de l'Intérieur a déclaré : "Ici, aucune culture de l'excuse, aucune excuse vis-à-vis de ceux qui ont commis ces violences." 

Vous êtes à nouveau en ligne