Test du revenu universel : "Nous avons récolté 12 000 euros en 24 heures" pour le premier bénéficiaire qui sera tiré au sort

Julien Bayou le 24 mai 2017, à Paris. 
Julien Bayou le 24 mai 2017, à Paris.  (MAXPPP)

L'association Mon Revenu de base a lancé un crowdfunding pour verser 1 000 euros par mois à un ou plusieurs bénéficiaires, tirés au sort. Julien Bayou, porte-parole d'EELV et à l'origine de l'initiative, a répondu aux questions de franceinfo. 

S'il a été largement médiatisé par Benoît Hamon, le revenu universel n'a jamais été testé en France. Pour y remédier, l'association Mon Revenu de base a lancé, jeudi 2 novembre, une opération de financement participatif dans le but de d'expérimenter la mesure. L'idée : verser 1 000 euros par mois pendant un an à un Français, tiré au sort parmi une liste d'inscrits. 

En seulement 24 heures, l'association a déjà réussi à récolter les 12 000 euros qui seront versés au premier bénéficiaire. Si elle parvient à collecter 24 000 ou 36 000 euros, d'autres gagnants seront tirés au sort. Interrogé par franceinfo, Julien Bayou, porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts et cofondateur de Mon Revenu de base, explique le déroulé de cette expérimentation. 

Franceinfo : Comment est né ce projet d'expérimentation ?

Julien Bayou : Nous nous sommes inspirés de l'expérience lancée en Allemagne par une association qui s'appelle "Mein Grundeinkommen'", "Mon revenu de base" en français. L'idée est tout simplement de collecter 12 000 euros et de les redistribuer par tranche de 1 000 euros tous les mois à une personne tirée au sort parmi toutes celles qui se sont inscrites sur notre site internet. 

Les inscriptions sont gratuites, ouvertes à tous et il n'y a pas besoin de participer à la collecte pour être potentiellement tiré au sort. C'est vraiment l'idée du revenu de base inconditionnel, pour permettre à tout le monde de se demander comment il vivrait avec 1 000 euros supplémentaires par mois.

Nous pensons vraiment que le revenu de base est un outil qui pourrait répondre aux défis sociaux d'aujourd'hui. Il y a 150 ans, lorsque l'on a inventé la retraite, on trouvait complètement dingue l'idée de ne pas mourir au travail. Mais ce qui était une utopie hier est devenu banal aujourd'hui. Nous pensons que ce sera le cas pour le revenu de base mais, pour ça, il faut d'abord l'expérimenter. 

Est-ce une initiative partisane, liée à EELV ou à Benoît Hamon ?

A part moi, qui suis porte-parole d'Europe Ecologie-Les Vert, il n'y a pas d'autres liens avec des formations politiques. Ce n'est pas un outil partisan, même si cela s'insère parfaitement dans le projet écologiste. Nous avons été très heureux de voir que Benoît Hamon a porté l'idée d'un revenu de base à l'élection présidentielle. Il soutient d'ailleurs notre initiative aujourd'hui. 

Légalement, Mon Revenu de base est une association à but non-lucratif et compte une dizaine de membres. Nous sommes aussi soutenus par le Mouvement français pour un revenu de base qui est, en quelque sorte, l'association référente. Mais si des députés s'intéressent à cette expérimentation pour soutenir une proposition de loi allant dans ce sens, nous sommes évidemment preneurs. 

Comment va se passer le tirage au sort et ne craigniez-vous pas que les inscrits s'intéressent seulement à l'argent ?

Nous avons réussi à récolter 12 000 euros au bout de seulement 24 heures. Nous ne nous y attendions pas du tout. Du coup, nous essayons de collecter assez d'argent pout tirer au sort plusieurs gagnants. 

A la base, nous avions prévu d'effectuer le tirage au sort début décembre. Mais vu le succès rencontré, nous allons faire une réunion ce week-end pour voir si nous l'avançons ou non. Nous organiserons un événement pour procéder au tirage au sort. Le ou les gagnants seront suivis par une chercheuse spécialisée dans l'évaluation des politiques sociales pour tenter de tirer un maximum d'enseignements de l'expérience. 

Après, les gagnants ont le choix de s'investir ou non pour tirer des meilleures conclusions de l'expérience. Nous sommes vraiment dans une démarche humble. Et la meilleure façon de savoir ce que fera le gagnant de cet argent, c'est encore d'essayer. 

Vous êtes à nouveau en ligne